"Le silence, c'est l'allié de mon acouphène" : pour les victimes d'un traumatisme sonore, pas de répit même (et surtout) la nuit

"Le silence, c'est l'allié de mon acouphène" : pour les victimes d'un traumatisme sonore, pas de répit même (et surtout) la nuit©COMPLÉMENT D'ENQUÊTE/FRANCE 2
A lire aussi

franceinfo, publié le jeudi 14 juin 2018 à 13h07

"C'est horrible. C'est pas possible de se relaxer, parce qu'on est toujours crispé à cause du bruit derrière. C'est chiant." Depuis quinze jours, Adrien a des acouphènes. Le jeune homme perçoit en permanence un son strident dans sa tête, qui ressemble à un sifflement.

Mais c'est la nuit, dans le silence, que l'acouphène prend vraiment toute la place. "Le silence, c'est l'allié de mon acouphène, résume Adrien. Il n'offre aucun moyen à mon esprit de se raccrocher à autre chose que l'acouphène." Impossible de dormir.

En alerte au moindre bruit durant toute la journée

Pas de répit la nuit, et dans la journée, pas mieux. A l'extérieur, dans la rue, la souffrance du jeune homme est visible. Il appréhende désormais les sorties. Difficile pour lui de supporter le bruit de la

Lire la suite sur Franceinfo

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.