Le prix des légumes d'été explose cet hiver

Le prix des légumes d'été explose cet hiver
Depuis quelques semaines, le prix de certains légumes est sensiblement à la hausse (photo d'illustration).

, publié le mardi 07 février 2017 à 17h19

Courgettes, salades, brocolis, aubergines... Les prix des légumes d'été explosent depuis plusieurs jours en France et en Europe.

En cause ? Les inondations et la vague de froid qui ont touché l'Espagne, premier producteur de fruits et légumes de l'Union européenne (UE) en décembre et janvier.

"Là, l'aubergine, elle est à 9 euros 95 le kilo. Normalement, c'est 5,95", a précisé ce mardi 7 février un commerçant parisien au micro d'Europe 1. "Le brocoli c'est pareil, on a des brocolis à 7 ou 8 euros le kilo, alors que normalement, c'est 4 ou 5. On les paye deux ou trois fois le prix de gros normal. Il y a des clients qui ressortent du magasin, c'est sûr. Ils voient les prix, c'est pas possible pour eux de payer ces prix-là !"



Tous les légumes de hors saison sont concernés et le phénomène est d'ores-et-déjà visible dans les supermarchés. "Cela se voit dès les étals de Rungis (Val-de-Marne)", explique Europe 1. "Le kilo de courgettes était à 1,14 euros il y a un an, il est maintenant à 4,17 euros soit presque quatre fois plus. Pour les laitues, on est passé de 47 centimes à 1,69 euros. L'un des leaders du secteur de la salade reconnaît même que c'est 'la plus grosse crise' qu'il ait connue en 30 ans".

"EST-IL BIEN RAISONNABLE DE VOULOIR CUISINER DE LA RATATOUILLE EN FÉVRIER ?"

"Pour certains légumes, nous avons des augmentations de prix de plus de 80%", a confirmé à France Info, le président de la Fédération des producteurs de légumes de France, Jacques Rouchaussé. "Les produits concernés sont des légumes d'été et pas d'hiver. Je rappelle que nous sommes en hiver ! Étant donnée la rareté de ces légumes en Espagne, ils sont chers sur nos étals". À l'inverse, les prix des légumes de saison, comme les poireaux, les choux, ou les navets, s'affichent à des prix raisonnables. "Est-il bien raisonnable de vouloir cuisiner de la ratatouille au mois de février ?", questionne Jacques Rouchaussé avant de rappeler : "Nous avons des produits français de saison qui doivent être consommés".


Fin décembre, une partie de l'Espagne a subi des pluies diluviennes, suivies d'une vague de froid en janvier qui a notamment touché les régions maraîchères du sud du pays, avec des chutes de neige exceptionnelles. Ces événements climatiques ont affecté la production de fruits et de légumes, bien qu'en partie cultivés sous serres. Certains producteurs espagnols ont perdu jusqu'à 25% de leurs récoltes. La vague de froid qui a touchée la France a également eu un impact sur la culture des légumes mais elle est moins pénalisante que la grande douceur de l'hiver 2015-2016 où les légumes avaient poussé plus vite qu'à l'accoutumée. "Cette année, le froid régule la production et stabilise les volumes. C'est mieux car nos produits sont périssables et ne sont pas stockables", a expliqué Jacques Rouchaussé au Télégramme.

RATIONNEMENT EN GRANDE-BRETAGNE

La France n'est pas la seule concernée. Outre-Marche, deux des principales chaînes de supermarchés britanniques ont commencé à rationner leurs laitues et brocolis pour faire face à la pénurie. Depuis le début de la semaine, Tesco (le numéro un britannique de la grande distribution) impose à ses clients de ne pas acheter plus de trois laitues iceberg par personne. Son concurrent Morrisons, quatrième groupe de distribution britannique, a lui été plus radical, fixant la limite à deux laitues et trois brocolis par client.

Selon le ministère espagnol de l'Agriculture, la production de fruits et légumes devrait se rétablir dans les prochaines semaines, mais pour les légumes cultivés à l'air libre, la récupération "sera plus lente, en particulier pour la laitue". En attendant, les commerçants du secteur commencent à s'approvisionner au Maroc ou en Italie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.