Le préfet Didier Lallement appelle les policiers à tenir "la ligne républicaine jusqu'au bout"

Le préfet Didier Lallement appelle les policiers à tenir "la ligne républicaine jusqu'au bout"
Le préfet de police de Paris Didier Lallement, le 10 mai 2020 à Paris.
A lire aussi

, publié le samedi 28 novembre 2020 à 10h46

Alors que le passage à tabac par des policiers d'un producteur de musique noir dans son studio parisien a soulevé une vague d'indignation le préfet de police de Paris dit pouvoir "compter sur la probité, le sens de l'honneur et l'éthique" des policiers.

Alors que les polémiques sur les violences policières se multiplient ces derniers jours, avec la vidéo du passage à tabac d'un producteur de musique noir dans son studio parisien et l'évacuation musclée d'un camp de migrants dans le centre de Paris, le préfet de police de Paris Didier Lallement a rappelé les policiers à leur mission, avant de nouvelles manifestations samedi 28 novembre contre ces violences.




"Dévier de la ligne républicaine qui nous sert de guide, cette ligne qui a éclairé les pas de nos anciens dans les ténèbres de l'histoire, c'est renier ce que nous sommes, c'est ébranler le pacte de confiance qui nous unit à nos concitoyens, c'est perdre le sens de notre mission", écrit le préfet dans un courrier dont l'AFP a pris connaissance. Soulignant "attendre de chacun (d'eux) qu'il tienne la ligne jusqu'au bout", il ajoute :"l'exigence que je place en vous, je me l'impose aussi".

Le préfet dit pouvoir "compter sur la probité, le sens de l'honneur et l'éthique" des policiers. "Dans les prochains jours, les prochaines semaines (...) nul doute que vous serez confronté à la difficulté, aux doutes, voire à la colère ou à la peur". "Je sais pourtant que vous vous réaliserez, en hommes et femmes de caractère", conclut M. Lallement.

Emmanuel Macron a dénoncé vendredi soir "l'agression inacceptable" du producteur, des "images qui nous font honte", en demandant "une police exemplaire avec les Français" mais aussi "des Français exemplaires avec les forces de l'ordre".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.