Le PDG de Veolia juge ses enfants trop "brillants" pour l'apprentissage, Trierweiler s'en mêle

Le PDG de Veolia juge ses enfants trop "brillants" pour l'apprentissage, Trierweiler s'en mêle
Valérie Trierweiler, a critiqué, le 30 août 2017, les propos d'Antoine Frérot sur l'apprentissage.

, publié le mercredi 30 août 2017 à 16h20

Il était venu défendre l'apprentissage, mais ses mots maladroits ont eu l'effet inverse. Le PDG de Veolia, Antoine Frérot a été critiqué mercredi 30 août après avoir estimé que ses enfants n'étaient pas devenus apprentis car ils étaient "brillants".


"Est-ce que vous avez poussé l'un de vos enfants à être apprenti ?", a demandé une journaliste de France Inter au président du groupe de gestion de l'eau.

"Non, je ne l'ai pas fait parce que... Étant brillants à l'école... Et l'un voulant être médecin..." a répondu, visiblement gêné aux entournures, Antoine Frérot. "L'autre... Peut-être ma dernière le sera, d'ailleurs, apprentie, mais en études supérieures. Donc le problème ne s'est pas posé", a-t-il poursuivi.



Des réponses maladroites, qui participent à la mauvaise réputation de l'apprentissage, selon des internautes, journalistes ou anonymes. Même l'ex-première dame, Valérie Trierweiler, a été piquée au vif et a répondu en évoquant le cas de son propre fils "apprenti et brillant".

Malgré sa maladresse, Antoine Frérot a cependant insisté sur la mauvaise réputation de la filière. "L'apprentissage a mauvaise presse dans notre pays, il est considéré comme une voie de garage", a-t-il dit, alors qu'il l'assure : "pour tous les types de population, je peux témoigner que l'apprentissage, ça marche."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.