Le patron d'une PME épinglé pour l'utilisation par l'un de ses salariés de ses tickets-restaurant le week-end

Le patron d'une PME épinglé pour l'utilisation par l'un de ses salariés de ses tickets-restaurant le week-end
Des tickets-restaurant à Lille le 7 avril 2014.

Orange avec AFP, publié le samedi 03 mars 2018 à 11h39

Ce dirigeant d'entreprise a reçu une lettre de quatre pages dans laquelle il lui était reproché l'utilisation par l'un des salariés de la PME de ses titres-restaurant hors des jours de travail. Il risque une amende de 135 euros par salarié.

Les salariés ont l'interdiction d'utiliser leurs tickets restaurant le week-end.

Si la règle est largement méconnue, elle pourrait être remise au goût du jour par le fait divers relaté par Challenges mercredi 28 février. Le patron d'une PME parisienne a été épinglé par l'inspection du travail dans un courrier de neuf pages dans lesquelles, preuves à l'appui, il lui est reproché l'utilisation par l'un de ses salariés de ses titres-restaurant le week-end. "Mes contrôles réalisés [...] au sein de deux établissements de restauration rapide McDonald's [...] m'ont permis de constater l'utilisation de titre(s)-restaurant par de(s) salariés(s) ou agent(s) de votre structure [...] notamment un jour non-ouvrable [...]", écrit l'agent chargé de l'enquête.



Les détails donnés sont précis : "Vous trouverez en annexe un récapitulatif avec les mentions suivantes : lieu, date et jour d'utilisation du titre-restaurant, montant (en €), informations recueillies sur le titre-restaurant, code et code de sécurité", et le rappel à la loi des plus sérieux : "En tant qu'employeur, vous n'ignorez pas que ce dispositif, prévu aux articles L.3262-1 à 7 et R3262-1 à 46 du Code du travail, fait l'objet d'une réglementation stricte, indiquée sur le titre-restaurant, au recto et à son verso, dont un rappel global est fait dans la présente".

Défiance du patron envers l'inspection du travail

Le patron de l'entreprise incriminée ne cache pas sa surprise à la réception du courrier : "j'ai cru à un gag, c'est tellement ridicule ! Les inspecteurs du travail ne doivent pas être très occupés en ce moment". Et d'assurer à Challenges qu'il ne connaît pas cette interdiction : "Personnellement, j'ignorais qu'il existait des jours où on ne pouvait pas utiliser ses titres-restaurant. Toutes les personnes que je connais les utilisent n'importe quand".

Selon l'article R3262-8 du Code du Travail, la règle est pourtant claire : "Les titres-restaurant ne sont pas utilisables les dimanches et jours fériés, sauf décision contraire de l'employeur au bénéfice exclusif des salariés travaillant pendant ces mêmes jours. Lorsque les titres sont émis sur support papier, cette décision fait l'objet d'une mention très apparente sur les titres. Lorsque les titres sont émis sous forme dématérialisée, l'employeur informe par tout moyen les salariés concernés de la décision mentionnée ci-dessus, avant l'émission du titre".

"Pour l'instant, je n'ai pas donné suite et je n'ai pas l'intention de le faire. Ils reviendront vers nous, s'ils le veulent", lance à Challenges le dirigeant de la PME. Un refus d'obtempérer qui pourrait lui valoir une amende de 4e classe par salarié, soit 135 euros - minorée ou majorée selon le délai de paiement.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
255 commentaires - Le patron d'une PME épinglé pour l'utilisation par l'un de ses salariés de ses tickets-restaurant le week-end
  • Un patron de TPE , PME ou autre................doit tout connaître, tout savoir...........et en apprend même parfois aux inspecteurs du travail quant au respect des procédures.

  • C'est idiot, comme le sont nos fonctionnaires, en quoi le patron peut il être responsable des agissements de ses salariés en dehors des heures de travail?
    C'est le salarié qui propose et le restaurateur qui accepte qui doivent être condamnés !
    Sinon le boss aurait légitimité à licencier son salarié pour agissements en dehors des heures de travail.
    Au fait au sujet du ticket restaurant, le salarié n'en paye t'il pas une partie???

  • C'est au restaurateurs ou autres de refuser ces titres de paiements le dimanche, les jours fériés et pourquoi pas pendant les congés, c'est à eux de se faire taper sur les doigts.
    Chez ma boulangères des personnes payent le gâteau du dimanche avec des tickets resto. ? Ou l'utilisateur ne sait pas la loi ou il s'en moque idem pour le commerçant . Le patron d'une entreprise a autre chose à faire que de s'occuper de la façon dont ses employés utilisent leurs tickets resto. Tant qu'on peut profiter on profite, pas vu pas pris..............

  • ils avaient un stagiaire qu'ils ne savaient pas comment occuper et ils lui ont fait chercher la moindre petite irrégularité.
    C'est dur de faire travailler un stagiaire quand on a rien à faire soi-même.
    Ça m'est arrivé une fois dans une entreprise ou je suis passé.
    pour s'assurer que le stock de ferraille était bien renouvelé la hiérarchie avait eu la bonne idée de mettre des dates de péremption sur chaque lot reçu.ils étaient venus me chercher des noises pour 7 heures de péremption alors que parfois les mêmes lot passaient 5 semaines après la date.
    C'est juste parce-qu’ils savaient pas quoi faire au stagiaire qu'ils avaient dans leur bureau et ils lui avaient fait contrôler ces dates qui ne servent à rien.
    Aujourd'hui dans beaucoup d'entreprises le samedi est un jour ouvrable.

  • Peut-être que cet inspecteur du travail veut une prîme pour le zèle ainsi reconnu,le travail du Dimanche payé double,et la méritocratie !