Le "New York Times" se paie les "gardiens de la langue française"

Le "New York Times" se paie les "gardiens de la langue française"©Wochit

, publié le mardi 05 mars 2019 à 15h05

Le "New York Times" semble avoir une dent contre l'Académie française, comme repéré par Le Point.

Le discours le mois dernier sur la préservation de la langue contre le "globish sans cervelle" et le "snobisme anglo-américain mortel" y est probablement pour quelque chose.

Le "New York Times" pointe notamment l'âge avancé de ses membres. De "vieux mâles blancs" dont "la moyenne d'âge excède largement les 70 ans".

Sans compter le manque de représentativité. Les "Immortels" ne comptent en effet que "cinq femmes", et "une seule personne de couleur".

Le mode de sélection est également mis en cause. "Vous ne choisissez pas l'Académie, c'est l'Académie qui vous choisit", souligne le New York Times.

"Nous avons eu des candidats remarquables, de vrais choix. Je suis personnellement déçue que l'académie les ait accueillis froidement", regrette Dominique Bona, académicienne.

Pour rappel, ce n'est qu'après la cinquième tentative que Victor Hugo avait été accepté. Balzac et Zola avaient quant à eux échoué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.