Le mystérieux tireur des Champs-Elysées interpellé à Paris

Le mystérieux tireur des Champs-Elysées interpellé à Paris©Paniramic

publié le dimanche 19 septembre 2021 à 19h30

Un jeune homme âgé d'une trentaine d'années a été arrêté, puis placé en garde à vue, révèle BFMTV. Il est accusé d'être l'auteur de plusieurs tirs à la carabine à plomb, depuis quelques jours.

Un homme a été interpellé, ce dimanche 19 septembre, soupçonné d'être l'auteur de tirs à la carabine sur les Champs-Élysées, à Paris.

Selon BFMTV, qui cite une source proche de l'enquête, le jeune homme, d'origine russe, est soupçonné d'être l'auteur des tirs à la carabine à plomb qui a blessé deux personnes sur la plus belle avenue du monde, le week-end du 11 septembre, une troisième dans la nuit du 15 au 16 septembre, et une quatrième dont la date et les circonstances de l'agression restent inconnues.

Selon BFMTV, le tireur présumé a été interpellé grâce à un témoin, présent lors d'une agression survenue dans la nuit de samedi à dimanche, qui a indiqué avoir identifié l'assaillant aux policiers. Ce sont les équipes de la brigade anticriminalité qui se sont chargées de l'arrestation du suspect, dans son domicile du VIIIème arrondissement de la capitale. Si les raisons de ces agressions restent pour l'instant inconnues, l'une des victimes déclare avoir été traitée de "sale juif".

L'une des victimes, un jeune homme, avait été sérieusement touché, le 12 décembre dernier. Forcé, depuis, de marcher avec des béquilles, il a dû subir une opération pour déloger le plomb enfoncé dans une de ses cuisses, passé tout près de l'artère fémorale. Entendu par les policiers de la sûreté territoriale de Paris, il s'"apprêtait à monter dans voiture quand [il a] entendu une légère détonation", avait-il raconté au Parisien.

Ce n'est que quelques secondes plus tard qu'il a "senti une vive douleur à la cuisse". "Je n'ai pas tout de suite fait le lien entre les deux événements. J'ai pensé qu'une veine avait pété ou que j'avais un problème. Mais rapidement, j'ai vu que mon pantalon baignait dans le sang", avait détaillé l'habitant de Rosny-sur-Seine (Yvelines) avant de préciser : "Nous n'avions eu aucune altercation dans les minutes précédentes, rien, pas même un regard de travers. Du reste, il n'y avait quasiment personne dans les rues".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.