Le Medef appelle à "laisser les commerces ouverts" en cas de reconfinement

Le Medef appelle à "laisser les commerces ouverts" en cas de reconfinement
Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux le 26 octobre 2020 à Matignon.
A lire aussi

publié le lundi 25 janvier 2021 à 09h29

Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a appelé lundi matin sur BFMTV-RMC à ce qu'un éventuel troisième confinement "ne soit pas un désastre supplémentaire pour l'économie qui est déjà très mal en point".

Alors que la situation sanitaire liée au Covid-19 ne s'améliore pas en France, couplée à la crainte des nouveaux variants, l'hypothèse d'un troisième confinement est sur toutes les lèvres. "Il n'y a pas de décision prise, et les prochains jours seront décisifs", mais "par principe, tous les scenarii sont sur la table", a assuré dimanche 24 janvier le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal alors qu'un nouveau Conseil de défense doit se tenir mercredi matin. 




Dans ce contexte, le Medef craint que les commerces soient à nouveau contraints de fermer.

Il faut "trouver le bon équilibre entre le problème sanitaire, qui est la priorité du gouvernement, et ne pas détruire l'économie", a estimé lundi le président de l'organisation patronale Geoffroy Roux de Bézieux sur BFMTV-RMC, appelant à laisser "tous les commerces ouverts" si les Français étaient à nouveau appelés à rester chez eux.

"Le vrai débat, c'est comment faire pour que ce reconfinement possible ne soit pas un désastre supplémentaire pour l'économie qui est déjà très mal en point. On a appris des reconfinements précédents, et on a notamment appris que dans certains endroits, par exemple les commerces, on pouvait rester ouvert sans provoquer de contaminations. Ce qu'on demande, c'est de trouver le bon équilibre", a poursuivi le patron des patrons. 

Des systèmes de rendez-vous 

"Ce bon équilibre c'est de laisser ouvert les commerces, tous les commerces, et ne pas retomber dans ce débat un peu absurde sur non-essentiel ou essentiel qu'on a eu au mois de novembre. On peut imaginer des systèmes de rendez-vous, peut-être des horaires, trouver un moyen pour que les gens s'étalent" dans la journée, a précisé Geoffroy Roux de Bézieux. Il estime par ailleurs qu'il "faut que ce confinement soit le plus court possible, parce que l'économie française est en difficulté".

La veille, la CCI France, l'organisation nationale des Chambres de commerce et d'industrie, avait formulé la même demande. "On a des commerçants qui sont responsables et font attention à tous les protocoles sanitaires, qui ont mis en place toutes les mesures successives. On souhaite que les commerces restent ouverts" si un reconfinement est décidé à court terme par le gouvernement, avait déclaré sur BFM Business Pierre Goguet, président de CCI France.

"Il faut absolument qu'on puisse avoir une activité économique qui se poursuive", a-t-il affirmé, ajoutant : "si vous mettez un confinement là, vous tuez les soldes, une des seules soupapes" pour les commerçants qui ont la possibilité d'"écouler leurs stocks" - alors que les soldes doivent se poursuivre jusqu'au 16 février.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.