Le masque en extérieur obligatoire à Lille

Le masque en extérieur obligatoire à Lille
Une affiche indiquant l'obligation de porter un masque à Lille.

, publié le samedi 01 août 2020 à 07h52

La préfecture du Nord a annoncé que le port du masque serait rendu obligatoire dans certaines espaces de la métropole lilloise.

"Imposer pour ne pas reconfiner": le préfet du Nord a annoncé vendredi 31 juillet l'obligation du port du masque dans l'espace public à partir de "lundi 00H00" dans certaines zones de la métropole européenne de Lille (MEL), en raison d'une recrudescence des cas de Covid-19.


Après la Mayenne, où le masque est désormais obligatoire dans le centre de quatre communes, Biarritz ou encore Orléans, d'autres décisions similaires pourront être prises localement par les préfets "en fonction de l'évolution de l'épidémie dans chaque territoire", a par ailleurs annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran.

Dans la métropole lilloise, qui compte 95 communes regroupant 1,2 million d'habitants, les autorités constatent une progression "inquiétante" de l'épidémie: le taux d'incidence a presque doublé en une semaine, atteignant désormais 31 personnes contaminées pour 100.000 habitants. Dans le "cœur de la métropole" ce taux se situe même "autour de 40, encore plus proche du seuil d'alerte", fixé à 50.

Devant cette situation "inquiétante", le préfet du Nord, Michel Lalande, a annoncé lors d'une conférence de presse commune avec l'Agence régionale de Santé (ARS) avoir pris un arrêté imposant le port du masque dans "un certain nombre de zones" de l'espace public, applicable "dès lundi à minuit" sous peine d'une amende de 135 euros.

Cette décision concernera notamment "les zones piétonnes", "les zones où la circulation routière est limitée à 20 km/h", celles "qui se caractérisent par une très forte fréquentation du public" comme certaines grandes rues commerçantes et connues pour leur vie nocturne de Lille ou encore "tous les espaces verts urbains, y compris les bords des cours d'eau". 


"Nous passons de la suggestion insistante à l'imposition impérative", a résumé le préfet, précisant que la pratique du sport dans ces zones, comme le footing, serait également concernée par ces mesures.
Valable un mois, l'arrêté sera "reconductible" et ajustable "en fonction de l'évolution de l'épidémie", tant au niveau de son "contenu" que "sur un plan géographique", dans un contexte estival qui encourage les rassemblements de plein air.

Neuf clusters en sept jours

Ces derniers jours, la préfecture avait déjà ouvert la voie à un renforcement des mesures sanitaires, évoquant la proximité avec la Belgique, confrontée à une recrudescence "préoccupante" des cas.

Dans le Nord, classé dans la catégorie dite de "vulnérabilité modérée" comme six autres départements, les autorités sanitaires constatent également "une hausse de ces indicateurs". "Au 30 juillet, nous avions neuf nouveaux clusters apparus dans les sept derniers jours", a souligné le directeur de l'ARS Hauts-de-France Etienne Champion.

"Nos capacités de tests ont été renforcées" et les campagnes de dépistage seront "intensifiées dès la semaine prochaine", a-t-il annoncé, précisant qu'une attention particulière serait portée aux jeunes publics. Par ailleurs, l'ARS recommande aux Ehpad, qui ont fait face en juillet à un léger rebond du virus, "de limiter les visites en chambre à une personne", alors que les fortes chaleurs qui s'abattent sur une partie de la France compliquent la gestion du risque.

Déjà obligatoire dans les lieux publics clos comme les commerces, les salles de cinéma ou les restaurants, le port du masque en extérieur fait régulièrement l'objet de débats, certains experts jugeant son efficacité limitée.

"Le masque est certainement l'équivalent du préservatif sur la pandémie du sida. Il va être un élément clé du contrôle de l'évitement d'une seconde vague. Cela dit, dans la rue, il y a eu extrêmement peu de cas rapportés de contamination", a ainsi déclaré jeudi sur France Inter Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale à la faculté de médecine de l'université de Genève.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.