Le maire de Saint-Brieuc s'oppose à l'extension du couvre-feu à 18 heures

Le maire de Saint-Brieuc s'oppose à l'extension du couvre-feu à 18 heures©Capture d'écran Google Street View

, publié le dimanche 17 janvier 2021 à 12h15

Interrogé sur franceinfo, Hervé Guihard a dénoncé la mesure du gouvernement prise, selon lui, sans concertation avec les élus locaux et qui ne serait pas adaptée à la situation sanitaire réelle du territoire. 

Alors que l'extension des horaires du couvre-feu est entrée en vigueur partout en France, samedi 16 janvier, à Saint-Brieuc, l'heure est plutôt à la fronde. Le maire de la commune des Côtes-d'Armor, Hervé Guihard, refuse de mettre ses concitoyens sous cloche dès 18 heures, comme le voudrait selon lui la nouvelle mesure sanitaire décidée par le gouvernement pour tenter d'atteindre l'objectif des 5 000 cas quotidiens de Covid-19. 



"On ne va rien changer.

On va continuer à ouvrir les écoles, les crèches, les centres de loisirs, les centres d'accueil jusqu'aux horaires classiques. Parce que sinon, ce sont toujours les plus défavorisés qui trinquent", s'est justifié l'édile au micro de franceinfo, samedi 16 janvier. Hervé Guihard estime par ailleurs que Saint-Brieuc "n'est pas encore dans un territoire en crise" et a assuré que, le cas échéant, il "n'aurait pas du tout cette réaction".  

Le "droit de déroger" 

Le maire déplore également l'absence totale, selon lui, de concertation entre le gouvernement et les élus locaux en amont des décisions, et critique la réponse de l'exécutif face au risque d'augmentation des contaminations après les fêtes de fin d'année. "Si on avait échangé, on aurait trouvé une mesure qui serait adaptée. (...) Tout le monde à 18 heures partout en France, [Jean Castex] considère que c'est gradué", a-t-il souligné, en référence à la conférence de presse du gouvernement jeudi 14 janvier.  

Le maire de Saint-Brieuc compte donc utiliser son "droit de déroger" à la mesure, en mettant en place un "'gradué proportionné', mais sur le territoire", et ce, afin de permettre "à toutes les familles de mieux s'organiser, de continuer à vivre un peu mieux, d'aller chercher leurs enfants un petit peu plus tard". L'occasion aussi pour ces familles de pouvoir en "profiter pour faire leurs courses et aller dans les quelques commerces qui seront ouverts".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.