Le Maine-et-Loire prend des mesures pour éviter des rave-party illégales

Le Maine-et-Loire prend des mesures pour éviter des rave-party illégales
Du matériel sonore à Tremuson, le 29 juin 2007. (illustration)
A lire aussi

publié le samedi 15 août 2020 à 14h51

 La préfecture veut éviter tout regroupement surprise de personnes, alors que l'épidémie de coronavirus connaît un regain en France.

Alors que des milliers de personnes se sont réunies pendant plusieurs jours en Lozère à l'occasion d'une rave-party sauvage, la préfecture du Maine-et-Loire a pris des mesures pour éviter un scénario similaire. Elle a ainsi interdit vendredi 15 août tout rassemblement musical dans le département entre le 14 et le 17 août, ainsi que la circulation des poids lourds pouvant transporter du matériel sonore.

Selon la préfecture, il s'agit d'empêcher "un rassemblement festif à caractère musical et pouvant regrouper plusieurs milliers de participants", susceptible d'être organisé pendant le week-end, mais pour lequel aucune déclaration préalable n'a été déposée.


Face aux risques de trouble à l'ordre public et aux risques sanitaires liés à l'épidémie de Covid-19, tout rassemblement de type teknival ou rave party est interdit sur l'ensemble du département entre le 14 et le 17 août, prévient un premier arrêté. Un second arrêté interdit pendant le même temps la circulation des poids-lourds de plus de 3,5 tonnes transportant du matériel musical, notamment sound system, amplificateurs, sonorisation.


En Lozère le week-end dernier, en pleine épidémie, une rave party géante avait rassemblé plusieurs milliers de personnes dans le parc naturel des Cévennes, provoquant l'indignation de certains habitants. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.