Le jour où Borloo a perdu Matignon... à cause d'un célèbre mannequin

Le jour où Borloo a perdu Matignon... à cause d'un célèbre mannequin©Woshit

6Medias, publié le jeudi 24 août 2017 à 21h16

2009, Jean-Louis Borloo a le sourire. Le ministre de l'Ecologie est alors le mieux placé pour devenir Premier ministre.

Il est alors à mille lieues de se douter qu'un célèbre mannequin va l'empêcher d'y arriver.



En une soirée, il aurait perdu les clés du poste qu'il convoitait. Au détour d'un long article de Vanity Fair sur Carla Bruni, on apprend que Jean-Louis Borloo aurait été invité à dîner chez le couple, dans la résidence de la première dame de l'époque située sur la commune du Lavandou, au Cap Nègre. Le but de la rencontre : promouvoir son "projet de nouveau gouvernement", mais tout ne se serait pas passé comme prévu. "Il s'est senti un peu perturbé par les copains de Carla qui passaient par là, Leonardo DiCaprio et surtout Naomi Campbell. Il n'a pas réussi à aller au bout de son exposé. Et Matignon lui est passé sous le nez", peut-on lire dans Vanity Fair. Une autre histoire moins glamour voudrait que ce soit Nicolas Sarkozy qui ait été bloqué par le profil de Jean-Louis Borloo. "Je ne vais pas nommer Gainsbourg à Matignon", aurait déclaré l'ancien président selon Le Parisien.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
17 commentaires - Le jour où Borloo a perdu Matignon... à cause d'un célèbre mannequin
  • Il a perdu matignon.................nous, nous n"avons pas perdu grand chose!

    on l'a vu à l'oeuvre avec l'électrification de l'Afrique Il voulait installer une pompe à fric?

  • il ressemble à Gainsbourg, en effet ; pas par le physique, mais par une fâcheuse habitude.
    A mon avis, ce n'est pas seulement Naomi Campbell qui l'a distrait ; peut-être a-t-on un peu trop souvent rempli son verre lors de ce dîner ?

  • Cela n'intéresse pas les ch^meurs ! ! !

  • Et une girouette comme jamais vu, certes plus sympathique que Tapie dont il fut l’avocat, mais cette propension à bouffer à tous les râteliers quand même !

  • vous n'en avez pas marre de toutes ces diarrhées verbales, ragots de bobos de gauche qui n'ont plus rien à dire depuis des lustres.
    A défaut d'être intelligents, redevenez de vrais journalistes