Le groupe automobile PSA va supprimer des postes grâce au nouveau Code du travail

Le groupe automobile PSA va supprimer des postes grâce au nouveau Code du travail
Un employé de l'usine PSA de Mulhouse, le 10 octobre 2017.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 28 décembre 2017 à 08h45

Après la marque de vêtements Pimkie, c'est le constructeur automobile PSA qui compte utiliser le nouveau Code du travail pour réduire ses effectifs. Selon une information du Parisien, le groupe veut supprimer des postes en utilisant la toute nouvelle rupture conventionnelle collective.


A quelques jours de Noël, le 19 décembre, les syndicats ont reçu un courrier annonçant un projet de suppressions de postes. Le groupe compte sur un tout nouveau dispositif : la "rupture conventionnelle collective". Une mesure qui fait partie du tout nouveau Code du travail, applicable depuis 22 décembre.
Ce dispositif permet à l'employeur de réduire ses effectifs sans licencier et sans passer par le cadre contraignant d'un plan social. Pour être effective, cette proposition doit toutefois recueillir un accord majoritaire avec les syndicats.

PRÉVOIR LES MÉTIERS D'AVENIR

Pour parvenir à cet accord au plus vite, la réunion entre la direction et les syndicats est prévue pour le 9 janvier. Bruno Bertin, le directeur des ressources humaines de PSA refuse de donner de précisions sur les sites et le nombre de salariés que pourrait concerner ce dispositif. "Ce sujet va être abordé lors du comité central d'entreprise et s'inscrit dans le cadre de notre DAEC 2018 (dispositif d'adéquation des emplois et des compétences) mis en place ces dernières années", explique un porte-parole de l'entreprise au Parisien.
Ce plan, mis en place dès 2013 dans le groupe, vise à adapter les effectifs aux besoins du groupe et prévoir les nouveaux métiers qui vont nécessiter des embauches à l'avenir.

3.000 SUPPRESSIONS DE POSTES EN 2017

"Cela va lui permettre de faciliter les départs collectifs et ainsi poursuivre la fonte des effectifs en CDI dans les usines. C'est un recul supplémentaire pour les droits des travailleurs", a réagi Jean-Pierre Mercier, délégué syndical central CGT du groupe PSA Peugeot-Citroën auprès du Parisien.
D'après ses chiffres, 3.000 suppressions d'emplois dans le groupe ont été constatées en 2017 et 25.000 depuis 2013.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.