Le gouvernement ne reconnaîtra pas le corse comme langue officielle

Le gouvernement ne reconnaîtra pas le corse comme langue officielle

Jacqueline Gourault en visite en Corse le 5 janvier 2017.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 08 janvier 2018 à 10h58

C'était une revendication des indépendantistes. La co-officialité de la langue corse et du français, "n'est pas envisageable", a déclaré vendredi Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur et chargée du dossier corse, en visite à Ajaccio.

Sans suprise, l'envoyée de la République a refusé toute officialisation de la langue corse. "La langue de la République française est le français", a insisté la ministre Jacqueline Gourault qui avait plus tôt dans la journée rencontré Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, élus à la tête de la nouvelle collectivité territoriale unique de Corse.

À la question d'un journaliste, lors d'un point-presse, "le déblocage constitutionnel n'inclut donc pas la question de la langue corse?", Jacqueline Gourault a répondu: "non, absolument pas". Cela "n'empêche pas de reconnaitre les langues, et notamment la langue corse et de faciliter son développement", a-t-elle ajouté.

"Un déblocage" de la situation

Jacqueline Gourault a indiqué avoir parlé avec les deux dirigeants nationalistes de "la réforme de la Constitution, qui est prévue par le président de la République", évoquant "le droit à l'expérimentation".

"Il y a des adaptations qui sont nécessaires de la loi sur les territoires et naturellement, c'est quelque chose qui pourra débloquer un certain nombre de sujets concernant la Corse", a ajouté la ministre.

L'indépendantiste Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse, avait estimé à l'issue de sa rencontre avec la ministre : "On est clairement en présence d'un déblocage de la question constitutionnelle".

Prudence

Les élus nationalistes, qui attendent "un geste politique fort" de l'exécutif, pour reprendre la déclaration de Gilles Simeoni mardi, ont cependant tous deux prévenu qu'ils allaient rester "extrêmement prudents".

Ils doivent être reçus par le Premier ministre à Matignon le 22 janvier, avant une première visite en Corse du président Emmanuel Macron le 6 février sur l'île de Beauté, annoncée officiellement par Mme Gourault.

 
141 commentaires - Le gouvernement ne reconnaîtra pas le corse comme langue officielle
  • Il semble que lorsqu'il s'agit de la Corse, les abeilles montent à la tête de beaucoup comme si ce qui s'y passait était une atteinte personnelle. Je rappelle que depuis 2012, suite à un vote à l'unanimité, la région Bretagne a reconnu officiellement la langue bretonne aux côtés de la langue française. Les Alsaciens ont la possibilité de s'exprimer en alsacien dans les palais de justice. Les Basques réclament la co officialité de leur langue, comme elle existe côté espagnol. Quant aux Alsaciens, ils disposent depuis 1919 de droits purement locaux qui s'appliquent dans le régime du culte, le droit du travail, les associations, la pub foncière, le droit communal et même l'assurance maladie. Mais apparemment, il n'y a que ce qui se passe en Corse qui peut provoquer des tsunamis de moqueries. Curieux !

  • Qu'on laisse la Corse à son destin comme tous pays du sud de l' Europe, indépendance totale et sans restrictions, ni primes , ni aides, et fermeture des frontières.

    Fermeture des frontières ? Vous comptez comme Trump construire un mur ?

  • non bien sûr il préfère l'anglais, l'arabe et l'africain !! moi je dis oui aux langues régionales, le breton, le catalan, l'alsacien, le mosellan, ............ ! c'est notre patrimoine , il ne faut pas les faire disparaître!!

    C'est tout à fait juste . Chaque langue régionale est un trésor linguistique que nous ont légué nos ancêtres, et il est de notre devoir de ne pas le laisser périr afin de le transmettre à nos descendants.

  • Ils vivront de quoi??? de magouilles, de mafieux ??? de trafic de drogue,? d' armes,? de chantage ?

    Quelle triste vision vous avez de la Corse, alors que cette région française se place sous la moyenne nationale en matière de crimes et délits et que l'insee nous apprend qu'elle est la région française dont l'économie progresse le plus, et ce depuis des années.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]