Le gouvernement a-t-il déjà acté un confinement au-delà du 1er décembre ?

Le gouvernement a-t-il déjà acté un confinement au-delà du 1er décembre ?
Le président de la Cour des comptes, Pierre Moscovici, à Paris, le 28 juillet 2020.

, publié le mercredi 04 novembre 2020 à 13h13

Les chiffres économiques avancés par le gouvernement ne laissent que peu de place au doute.

Le Haut conseil des finances publiques (HCFP) a fait ses calculs et la conclusion est claire : la prévision du gouvernement sur la récession en 2020 "suppose" que le confinement automnal dure plus d'un mois, a-t-il estimé mercredi 4 novembre dans son avis sur le quatrième projet de budget rectifié pour 2020.

Avec le reconfinement, le gouvernement table désormais sur une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 11% cette année, contre 10% auparavant. Cette prévision "suppose une dégradation marquée de l'activité au quatrième trimestre et le maintien de mesures de confinement au-delà du seul mois de novembre", affirme le HCFP, qui juge cette hypothèse "cohérente (...) au vu des incertitudes entourant les conditions sanitaires".


Le gouvernement a imposé la semaine dernière un confinement qui doit durer au minimum jusqu'au 1er décembre pour tenter de faire face à la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19.

Outre la révision de cette prévision, le nouveau projet de budget permet surtout au gouvernement de débloquer 20 milliards d'euros supplémentaires pour soutenir les entreprises et les ménages précaires qui risquent d'être durement touchés par ce reconfinement, même s'il est plus léger que le premier. Le montant de ces nouvelles aides "apparaît dans l'ensemble cohérent avec l'impact attendu du recul de l'activité sur le recours à ces dispositifs", juge le HCFP.


Ces nouvelles dépenses associées à la perte d'activité vont creuser encore un peu plus le déficit public, attendu à 11,3% du PIB, et la dette, estimée à 119,8% fin 2020. Comme lors de ces avis sur les précédents budgets rectifiés pour 2020 et sur le projet de budget pour 2021, le HCFP appelle à la "vigilance" sur la dégradation des finances publiques du fait de la crise.

"Un affaiblissement vraisemblable de la croissance potentielle (croissance obtenue lorsque l'économie utilise de façon optimale ses capacités de production, NDLR) à la suite de la crise sanitaire risque de rendre plus difficile la réduction du déficit", estime ainsi le Haut conseil.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.