Le déraillement de train, un mode opératoire d'attentat qui ne fonctionne pas, assure Collomb

Le déraillement de train, un mode opératoire d'attentat qui ne fonctionne pas, assure Collomb

Un TGV à la gare Montparnasse à Paris le 1er août 2017.

Orange avec AFP, publié le samedi 30 septembre 2017 à 18h11

TERRORISME. Dans une note dévoilée en septembre, la police nationale s'inquiétait des risques de déraillements de trains prônés par les jihadistes.

Vendredi matin 29 septembre, le ministre de l'Intérieur s'est montré rassurant.

Au lendemain de l'attaque dans le métro de Londres du 15 septembre, les révélations du Parisien faisaient froid dans le dos. Une note confidentielle de la Direction générale de la police nationale (DGPN), émise début septembre, mettait en garde contre un risque élevé d'attaque terroriste contre des trains sur le sol français et plus particulièrement des déraillements volontaires.

"En raison d'une incitation récente de la propagande djihadiste à planifier un déraillement de train, une attention particulière doit être accordée à toute remontée d'information relative à une intrusion ou une tentative de sabotage dans les emprises dédiées à la circulation des trains", était-il écrit. Des tutoriels jihadistes pour inciter à passer à l'acte, notamment en confectionnant des engins explosifs, circulaient en effet depuis trois mois.

DES TESTS RASSURANTS AU COURS DE L'ÉTÉ

Vendredi 29 septembre, le ministre de l'Intérieur est revenu sur le sujet et à tenu à rassurer l'opinion. "On surveille à la fois les métros, les trains, puisqu'on avait vu passer une petite note indiquant comment on pouvait faire un attentat", a déclaré Gérard Collomb sur CNews.

Ce mode opératoire "a fait l'objet de tests au cours de l'été et n'a pas fait dérailler les machines", a précisé l'entourage du ministre. Avec la ministre des Transports Elisabeth Borne, "on a tout simulé pour voir si ça marchait, on a vu que ça ne marchait pas", a pour sa part déclaré M. Collomb.

Un avis partagé par Laurent Charlier, rédacteur en chef de la Lettre ferroviaire européenne, rapporte samedi 30 septembre RMC. "En regardant les différentes photos de la procédure de fabrication artisanale d'un objet destiné à faire dérailler un train, je pense que l'on peut en effet en conclure que ce serait inefficace", a-t-il expliqué. "Il n'y a pas de solution qui permette d'être certain à 100% mais il n'est tout de même pas aisé de pouvoir accéder et faire ce que l'on veut sur les infrastructures ferroviaires", a-t-il assuré, soulignant que même si le grand public ne s'en rend pas compte, ces infrastructures sont "très surveillées".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
126 commentaires - Le déraillement de train, un mode opératoire d'attentat qui ne fonctionne pas, assure Collomb
  • Si la note est confidentielle, je ne comprends pas comment elle peut être diffusée via un média, c'est scandaleux. Ce journal devrait être poursuivi pour diffusion d'information classifiée... C'est vraiment donner un bâton pour se faire battre....

  • bien sur de lui
    encore un moije

  • le ministre déraille, c'est sûr qu'avec son affirmation hasardeuse il va faire l'objet de raillerie.

  • on a vu il y a quelques années comment un bout de ferraille bien placé pouvait faire dérailler un train.

  • Quelle bonne idée de lancer un tel défi à tous ces terroristes ! Maintenant on sait ce qu'ils vont faire ..