Le 3114, le numéro de prévention du suicide, opérationnel dès vendredi

Le 3114, le numéro de prévention du suicide, opérationnel dès vendredi
Selon les derniers résultats de l'enquête CoviPrev publiés le 17 septembre, 10% des Français ont eu des pensées suicidaires au cours de l'année (+5 points hors période Covid).

publié le mercredi 29 septembre 2021 à 10h58

En contactant le 3114, les personnes en détresse tomberont sur "des professionnels de la psychiatrie et de la santé mentale" 24h/24 et 7 jours sur 7, a assuré mercredi matin sur France Inter le ministre de la Santé Olivier Véran.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran avait annoncé lundi 27 septembre en ouverture des Assises de la santé mentale que le nouveau numéro national de prévention du suicide entrerait en fonctionnement vendredi. Il s'agira du 3114, a-t-il précisé mercredi matin sur France Inter. 



"Pour la première fois dans notre pays, il y aura un numéro de téléphone que l'ensemble des Français pourra contacter.

C'est le 3114", a indiqué le ministre, alors que le suicide est "la deuxième cause de mortalité chez les jeunes dans notre pays après les accidents de la route".

Ce numéro sera ouvert à compter de vendredi dans la journée et "il permettra aux Français qui traversent un moment très difficile avec parfois des idées noires, pensées morbides, une tristesse, une dévalorisation de soi même ou de profondes angoisses et qui ont peur, de pouvoir trouver immédiatement une réponse à leur malaise", a-t-il ajouté. "En contactant ce numéro, ils tomberont sur des professionnels de la psychiatrie et de la santé mentale" sept jours sur sept et 24h//24 : des psychiatres, des infirmiers spécialisés et des psychologues "qui sont formés pour cela", a assuré Olivier Véran. 

Plus de moyens pour la santé mentale

La veille, Emmanuel Macron avait détaillé en clôture des Assises son plan pour la santé mental, "enjeu majeur" mis en lumière par la crise du Covid-19. Selon les derniers résultats de l'enquête CoviPrev publiés le 17 septembre, 15% des Français montrent en effet des signes d'un état dépressif (+5 points par rapport au niveau hors épidémie), 23% des signes d'un état anxieux (+10 points) et 10% ont eu des pensées suicidaires au cours de l'année (+5 points).

Le chef de l'État a notamment annoncé le remboursement de consultations de psychologues "pour toute la population à partir de l'âge de 3 ans", à condition que les patients soient "adressés par prescription médicale". "Une avancée majeure pour la Sécurité sociale", a estimé Olivier Véran. 

Toujours dans l'optique d'améliorer l'accès aux soins, Emmanuel Macron a également annoncé la création de 800 postes dans les centres médico-psychologiques "à partir de l'année prochaine". Ces renforts doivent permettre de "réduire au maximum les délais d'attente" dans ces structures, qui sont parfois "supérieurs à 18 mois dans les territoires les plus en tension". S'y ajouteront la création de 20 équipes mobiles pour la prise en charge des personnes âgées en Ehpad et dans les structures médico-sociales, la mise en place d'une maison des adolescents dans chaque département et de 100 places en accueil familial thérapeutique sur deux ans.

Un autre effort budgétaire sera fait en matière de recherche, avec une enveloppe de 80 millions d'euros "dédiée à la santé mentale" dans le cadre du quatrième programme d'investissements d'avenir (PIA4).
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.