Lactalis : "Ça devait arriver un jour", témoigne une ancienne salariée

Lactalis : "Ça devait arriver un jour", témoigne une ancienne salariée
L'usine Lactalis de Craon, le 17 janvier 2018.

Orange avec AFP, publié le mercredi 14 février 2018 à 11h43

La contamination à la salmonelle, la fermeture de l'usine, le scandale... Tout cela "devait arriver un jour", selon une ancienne salariée de site Lactalis de Craon, dans la Mayenne, dans une interview accordée au Parisien mercredi 14 février.

Cette jeune femme a travaillé en tant qu'intérimaire pendant plusieurs mois en 2016 sur le site, où elle gagnant jusqu'à 1.200 euros net en trois semaines. Aujourd'hui fermé jusqu'à nouvel ordre, l'usine connaissait d'importants problèmes d'hygiène, assure-t-elle. C'est pourquoi elle n'est pas étonnée du scandale qui a éclaté en décembre, avec la découverte de trace de salmonelle dans des laits infantiles qui y sont produits. Si elle a peur d'être reconnue dans la petite ville de Craon, qui donne du travail à de nombreux habitants, elle a tout de même choisi de témoigner à cause de la culpabilité, mais aussi pour que les intérimaires "soient plus conscients des protocoles d'hygiène et mieux formés."


Interrogée sur son expérience par Le Parisien, la jeune femme pointe avant tout "les problèmes d'hygiène. Un jour, je cherchais une balayette pour enlever les résidus de poudre de lait dans les tuyaux des machines. Et là, un intérimaire m'a dit : 'Prends celle pour le sol'. Ils utilisaient le même balai pour les deux ! J'étais choquée." Elle évoque également un autre incident au cours duquel il lui avait été demandé de manipuler de la poudre de lait sans masque ni gant. "Quand j'ai dit que je trouvais ça bizarre, on m'a répondu : 'Non, non, c'est normal'. Je posais souvent des questions, ça dérangeait. C'est sûrement pour ça qu'ils ont arrêté de me faire travailler."

"Officiellement, les règles d'hygiène dans l'usine sont extrêmement strictes. (...) Mais les consignes sont souvent mal appliquées, surtout par les intérimaires qui sont très nombreux. (...)", explique l'ancienne employée, qui raconte par exemple que nombreux sont ceux qui ramènent chez eux les chaussures réservées à la salle de production. "Ils véhiculent des microbes de l'extérieur dans un endroit où l'on fabrique des produits pour bébé", déplore-t-elle. Elle se souvient également de ceux qui ne sa lavent pas les mains en revenant de pause. "Les intérimaires font les tâches les plus ingrates et se fichent des règles. Ils ne sont pas assez surveillés", estime-t-elle.

"Ce sont des endroits immenses, très bruyants, les machines tournent tout le temps. Chacun est à sa tâche, concentré dans des pièces sans fenêtres, éclairées par des néons. On porte des bouchons d'oreille, des navettes transportent des palettes. Les conducteurs de ligne doivent gérer la production et ne peuvent pas tout voir. Sauf quand on bavarde. Là, ils interviennent.

Contacté par Le Parisien, Lactalis dit "condamner ces accusations : les règles de propreté sont notre préoccupation au quotidien et notre métier."

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
22 commentaires - Lactalis : "Ça devait arriver un jour", témoigne une ancienne salariée
  • "Cela devait arriver un jour"! et comme j'en étais convaincue il était inutile de le faire savoir, mieux valait attendre ...!

  • J'aimerais bien savoir si les vétérinaires qui sont chargés des contrôles sanitaires de cette usine ,ne sont pas actionnaires. Prenez les abattoires, lieux que je connais bien, les vétérinaires sont engraisser par des tonnes de viandes mises à leurs dispositions pour leurs besoins personnels. Donc, ils ferment les yeux sur d'éventuelles maladresses.

  • Comme à mon époque (dont je trouve maintenant qu'elle était bénie) on disait toujours qu'il fallait mieux voir la salle d'un restaurant que ses cuisines... pour profiter de son plat (et pourtant les contrôles d'hygiène étaient plus nombreux et les surgelés moins omniprésents que de nos jours)

    Ne vous faites pas d'idée... l'industrie alimentaire (les autres aussi, bien sûr, mais cela se voit moins) a beau avoir des normes strictes elle n'en est pas moins soumise à la "Grande Loi de la Rentabilité"

    Alors, comme la femme de ménage peu scrupuleuse, on a tendance à mettre la poussière sous le tapis... et à demander aux visiteurs de ne pas y regarder de trop près.

    Macron est un "chic type" (si si, je le pense vraiment) mais il ne vit pas dans la "vraie vie"... sans doute est-il encore trop jeune et n'a pas assez l'expérience des "coups fourrés" de nos grands capitaines d'industrie et de leurs séides.

    Cela viendra... en espérant que cela sera avant les prochaines élections...

    Parce qu'il ne faut pas rêver: quand un Grand Patron décide de faire des économies pour donner plus à ses actionnaires (des fonds de retraite US par exemple) il demande à ses subordonnés de passer le mot au reste des directeurs... qui passent le mot à leurs subordonnés... qui passent le mot à leurs subordonnés... etc... jusqu'au dernier niveau où quelques personnes voient le temps accordé à la maintenance des appareils diminuer ou même un de leur collègue ne pas être remplacé alors que le travail a augmenté.. et cela même directement au "problème".

    Lisez "Le Troupeau Aveugle" de Brunner (en édition de poche cela reste abordable) vous comprendrez mieux cette évolution et ce à quoi elle nous mène...

  • tout le monde savait ,personne n'a rien dit ,quand il était temps ,maintenant beaucoup parlent pour se donner bonne conscience!

    nicea25 ,entierement d'accord ,mais depuis les revelations sur cette sociéte ,des employés parlent aux medias,surtout ceux qui ne font plus partis du personnel ,ils ont vu ,ils savaient et ils n'ont rien dit ,rien fait !!

    avatar
    QUYATIL13500  (privé) -

    tout simplement par peur de perdre leur boulot, pourquoi êtes vous toujours dans la certitude ? Vous n'avez pas toujours raison , la preuve avec l'affaire Maelys où vous m'avez fait passer pour un imbécile à des multiples occasions , relisez vos écrits, soyez humble .

    avatar
    QUYATIL13500  (privé) -

    droit de réponse à "ça va donner du grain à moudre à quyatil13500"
    Qu'avez vous à me répondre au vue des résultats de l'enquête ? Qui va moudre le grain ?

    avatar
    QUYATIL13500  (privé) -

    Droit de réponse concernant l'affaire Maëlys
    Je sais que je ne vais pas vous lire sur l'affaire Maëlys et que vous allez me dire que ce commentaire n'a rien à voir avec votre propos cependant je voulais vous en faire part , l'affaire semble avoir trouvée son dénouement , qu'avez vous à me dire.? Qui affabulait vous ou moi ?

    pour certain ahuris ,je commentais certains faits

    boudiou ,sont sortis de montfavet

    avatar
    QUYATIL13500  (privé) -

    et vulgaire avec ça , tout pour plaire mais courage fuyons , on n'assume pas ses écrits , c'est moi maintenant qui ait du grain à moudre vous concernant , vous voulez toujours avoir raison mais là vous avez tort et ça vous déplaît.

    boudiou remis en liberté ou échappé !!

    pour certaines réactions :::,comme ;l"on dit certains ont du retard à l"allumage !!

    certains propos quoi qu" insolites sont interessants permettant de connaitre ,ceux qui ecrivent,, beaucoup sont amusant ,mais c'est triste !!!

  • Pauvres êtres ,les salmonelles existent depuis la nuit des temps . Elle prennent naissance dans les élevages ,tous les vieux paysans savent cela pour en avoir été victimes .
    Lactalis a bon dos ,le naturel ,le bio ,qu'ils reçoivent maintenant ,etc...favorisent immensément ces bactéries et les transformateurs ,comme les éleveurs ,fautes de traitements adéquats autorisés ,ne peuvent que subir l'infestation. Tout le reste n'est que mensonges et exploitation de l'imperfection des activités humaines par des arrivistes sans foi ,ni loi .