La sirène d'alerte du premier mercredi du mois change d'horaire

La sirène d'alerte du premier mercredi du mois change d'horaire
En cas d'alerte réelle, le ministère de l'Intérieur précise qu'il faut se mettre en sécurité et faciliter l'action des secours (photo d'illustration)

, publié le mercredi 07 novembre 2018 à 07h00

Les sirènes du système d'alerte et d'information des populations (SAIP) vont changer d'horaire temporairement à partir de mercredi 7 novembre en raison de la mise en place d'un nouveau logiciel national.

Si une hirondelle ne fait pas toujours le printemps, les sirènes du SAIP (Système d'alerte et d'information des populations) indiquent systématiquement, chaque premier mercredi du mois, midi pile. Enfin jusqu'à ce mercredi 7 novembre.



En effet, Franceinfo indique que ce rendez-vous mensuel, qui permet de vérifier que la sirène qui avertit la population en cas de danger imminent, fonctionne va être temporairement modifié. En cause : la mise en place d'un nouveau logiciel national qui implique une nouvelle organisation, selon le ministère de l'Intérieur.

Durant cette période de test, dont on ignore encore la durée, la Sécurité civile a décidé de découper en trois zones l'Hexagone, craignant un manque de puissance du logiciel pour gérer les 2.000 sirènes du territoire. Ainsi, dès mercredi, l'alerte tous les premiers mercredis du mois retentira à 11h45 dans une zone Nord, à midi dans une zone Centre et à 12h15 dans une zone Sud.



Chaque mois, l'alarme d'essai se compose d'un cycle d'une minute et quarante et une secondes seulement, peut-on lire sur le site du ministère de l'Intérieur. En cas d'alerte réelle, le signal est "un son modulé, montant et descendant, de trois séquences d'une minute et quarante et une secondes, séparées par un intervalle de cinq secondes. La fin de l'alerte est annoncée par un signal continu de 30 secondes."

En cas d'alerte réelle, le ministère de l'Intérieur précise qu'il faut se mettre en sécurité et faciliter l'action des secours.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.