La préfecture de Saône-et-Loire renonce à l'autorisation d'abattre les chiens errants

La préfecture de Saône-et-Loire renonce à l'autorisation d'abattre les chiens errants
Des chiens errants recueillis en Égypte, le 12 décembre 2018 (illustration)

Orange avec AFP-Services, publié le samedi 20 avril 2019 à 07h00

La préfecture a annulé l'autorisation de tirer sur les chiens errants dans plusieurs communes, prise après le décès d'un habitant, qui portait des traces de morsures.

Le 26 mars dernier, le préfet de Saône-et-Loire avait pris un arrêté qui autorisait d'abattre les chiens errants, dans la commune de Frontenaud, au sud-est de Chalon-sur-Saône, et dans les environs. Peu de temps auparavant, un homme et son chien avaient été découverts morts dans la commune. Tous deux portaient des traces de morsures.

La décision de la préfecture a finalement été annulée jeudi 18 avril, à la suite de la mobilisation des défenseurs des animaux.  "Nous nous réjouissons de cette décision", a déclaré à l'AFP la présidente de l'association One Voice, Muriel Arnal. "C'est une victoire pour les chiens des environs qui, avec ou sans famille et foyer, auraient pu se faire abattre sans justification", a-t-elle indiqué dans un communiqué.



Dans un courrier adressé mardi 16 avril au tribunal administratif et dont l'AFP a obtenu copie, le préfet de Saône-et-Loire assure que l'autorisation d'abattre les chiens errants "n'a pas connu de début d'exécution". Contactée, la préfecture n'a pas souhaité s'exprimer.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.