La manifestation en Corse pas "contre le gouvernement" selon Simeoni

La manifestation en Corse pas "contre le gouvernement" selon Simeoni

Gilles Simeoni à Paris le 24 janvier 2018 à Paris

AFP, publié le vendredi 02 février 2018 à 10h48

La manifestation en Corse samedi à l'initiative des nationalistes n'est pas organisée "contre le gouvernement", a assuré vendredi le président de l'exécutif corse, Gilles Simeoni atténuant la tonalité des propos qu'il avait tenus précédemment.

"Nous ne voulons pas nous retrouver dans une situation de blocage ou de crise politique. C'est la raison pour laquelle nous attendons beaucoup de la venue du président de la République" les 6 et 7 février, a ajouté le responsable corse sur France 2.

"Ce n'est pas une manifestation contre le gouvernement, c'est une manifestation de mobilisation, qui s'inscrit aussi dans une logique d'espoir, dans une dynamique de changement profonde qui porte l'ensemble de la société corse, qui ne vient pas seulement des nationalistes", a déclaré M. Simeoni.

S'il n'y a pas eu "pour l'instant de la part de l'Etat la volonté de dialogue, de signe tangible d'une volonté de prendre en compte le message des électeurs", il existe selon lui "aujourd'hui objectivement la possibilité sans doute jamais atteinte dans ces proportions de tourner une page longue, difficile, d'incompréhension entre la Corse et l'Etat (...) pour en ouvrir une nouvelle qu'il s'agit de co-écrire dans un dialogue fécond entre la Corse et l'Etat".

"Nous ne sommes pas aujourd'hui dans une logique de bras de fer ou dans une logique de tension", a-t-il insisté. 

La rencontre fin janvier avec Edouard Philippe et Gérard Larcher "nous a inquiétés" en raison des "fins de non-recevoir quasi définitives exprimées sur la quasi-totalité des dossiers dont nous étions venus les entretenir", a expliqué Gilles Simeoni.

S'il existe des "blocages" sur certaines questions, il a cependant jugé possible de "discuter" sur d'autres dossiers: la révision de la Constitution pour "consacrer la reconnaissance de la spécificité de la Corse", et des sujets dans les domaines de la santé, du développement économique ou la mise en oeuvre de la nouvelle collectivité. 

Au-delà, "ce qui est important de savoir c'est s'il y a une volonté politique de l'Etat d'être dans une logique de dialogue à un moment important et qui peut devenir à mon avis historique", a insisté Gilles Simeoni.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
34 commentaires - La manifestation en Corse pas "contre le gouvernement" selon Simeoni
  • On verra si c ' est vrai , dans quelque temps....
    Par exemple la belle villa de Hulot , le menteur : voilà un beau symbole ....

  • Ce serait une sacrée économie pour la France et pour l UE cette indépendance !

  • Il faudrait faire un référendum national : "êtes vous oui ou non pour l'indépendance de la corse" je suis certain que la majorité des Français répondra : oui, et alors le problème pour la France sera réglé et les problèmes commenceront alors vraiment pour la Corse.

  • Après les victoires faciles contre dégun basées sur des promesses radieuses mais hors champ constitutionnel il va falloir redescendre sur terre et essayer d'arracher des bouts de réformes symboliques. Quand les promesses sont tellement enjolivées la déception peut être immense et....

  • je lis des commentaires qui me font sourire avec le "oui oui" pour une Corse indépendante en se disant plus d'aide donc des économies pour le continent et après plus dans la poche des continentaux. Ceux qui souhaitent cette solution, bien courte l'idée car ils n'en verront pas la couleur de la soi disant économie, si couleur il y a. Pour ce qui est de l'aide il faudrait que ces personnes qui commentent si bien! connaissent la réalité économique de l'île ce qui m'étonnerait. Enfin imaginons une Corse indépendante qui comme l'Irlande, les Pays Bas, le Luxembourg et autres décide comme ces pays de faire de l'île un lieu ou il est bon d'implanter son siège pour une raison fiscale qui va rire les corses ou les continentaux plumés ? Le sujet va bien au delà de quelques petits commentaires sans grande envergure. L'autonomie voulue par les corses qui ont rejeté également une forme de clientélisme politique doit donner aux continentaux une envie d'autonomie qui n'est pas l'indépendance mais de pouvoir gérer une région au plus près des citoyens régionaux et non un système centralisé à Paris qui n'a qu'une vue très jacobine de la province y compris les sénateurs qui malgré leurs dires sont avant tout des politiques parisiens attachés non pas à leur origine mais aux partis auxquels ils adhèrent. Il est bon de noter que les sénateurs ne sont pas élus par les citoyens mais par un collège d'amis parfois redevables de la cagnotte sénatoriale, les sénateurs n'ont pas légitimité des électeurs.

    avatar
    votrepirecauchemar  (privé) -

    Les Corses ni plus ni moins que les autres alors basta!...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]