La lettre assassine d'Eric Dupont-Moretti à Bernard-Henri Lévy

La lettre assassine d'Eric Dupont-Moretti à Bernard-Henri Lévy©Panoramic

6Medias, publié le mercredi 15 novembre 2017 à 12h30

Le procès d'Abdelkader Merah, dont Éric Dupont-Moretti était l'avocat, s'est achevé le 2 novembre dernier et a donné lieu à de nombreuses critiques. Éric Dupond-Moretti s'est défendu dans des interviews avec les médias.

Il a également écrit une lettre à l'attention du philosophe Bernard-Henri Lévy, ce dernier l'ayant vivement critiqué après son entretien avec le journaliste de France Inter Nicolas Demorand. "L'auditeur a alors droit à un moment de radio qui en dit long sur le style de notre 'acquitator' médiatique, et aussi, hélas, sur le climat de l'époque", écrit Bernard-Henri Lévy sur le site de son magazine, "La Règle du jeu". Et d'ajouter : "On a droit à un absurde numéro de donquichottisme où le plaideur s'invente des moulins (...) N'est pas 'avocat dostoïevskien' qui veut. Et il y avait quelque chose de pathétique dans cette attitude victimaire et narcissique, dans cette façon de nous dire que le seul supplicié du procès, pour Dupond-Moretti, c'était Dupond-Moretti lui-même".



Mais la réaction du principal intéressé ne s'est pas fait attendre. Il lui a répondu dans une lettre qui fait le tour des réseaux sociaux. " Il ne manquait que votre plume dans ce débat... et c'est paradoxal, vous avez, avec votre modestie naturelle, comblé ce vide abyssal, a d'abord ironisé le pénaliste. Il est presque doux de recevoir des leçons de morale de celui qui, dans tous les domaines, se veut, depuis de trop longues années l'arbitre des élégances". "Vous démontrez que vous ne connaissez rien aux droits de la défense, posez donc quelques questions à votre fils (que j'ai encensé quand il défendait Fillon)", écrit Éric Dupond-Moretti. L'avocat a conclu sa lettre en voulant donner une leçon à l'essayiste. "Le 3 mai 1936, Magritte a écrit au critique Dupierroux qu'il n'était 'qu'une vieille pompe à merde', je n'ai, hélas ni le talent, ni l'audace de Magritte".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU