La Légion d'honneur réclamée pour les "héros" de l'attentat de Nice

La Légion d'honneur réclamée pour les "héros" de l'attentat de Nice
84 personnes ont été tuées lors de l'attentat de Nice. (Ici le 19 juillet 2016 sur la Promenade des Anglais).

Orange avec AFP, publié le samedi 23 juillet 2016 à 14h33

- Une pétition lancée jeudi demande au président de la République d'accorder la légion d'honneur à "Franck, Gwenaël et Alexandre, héros de l'attentat de Nice". -

Alors que Mohamed Lahouaiej Bouhlel fonçait au volant de son camion sur les piétons de la Promenade des Anglais de Nice le 14 juillet dernier, tuant 84 personnes, certains ont risqué leur vie pour tenter de l'arrêter.

Des actes de bravoure qui de l'avis d'Amine Elbahi a permis de sauver la vie de "dizaines de Français ciblés par le camion blanc". Cet étudiant roubaisien de 20 ans, dont la sœur est partie en 2014 rejoindre Daesh en Syrie, estime que leur courage mérite une récompense et a ainsi lancé une pétition sur le site Change.org. demandant au président de la République d'accorder la Légion d'honneur à Franck, Gwenaël et Alexandre.

• Franck

Parti trop tard pour assister avec sa femme au feu d'artifice, Franck avait décidé de manger une glace sur le Cours Saleya. Sur son scooter, il se rendait dans cette direction lorsqu'il sent le mouvement de foule derrière lui et entend des cris avant de voir le camion fou de Lahouaiej Bouhlel. Ce père de famille proche de la cinquantaine fait alors descendre sa femme de scooter pour se lancer à la poursuite du véhicule qu'il finit par jeter sur le camion avant de se mettre à courir derrière le camion.

Après avoir réussi à s'accrocher à la cabine, il frappe par la fenêtre ouverte le tueur qui le menace pourtant de son pistolet. L'arme ne semble pas marcher mais le terroriste le blesse d'un coup de crosse. "J'étais prêt à mourir" pour l'arrêter a-t-il confié par la suite à Nice-Matin. Son action héroïque a permis à ralentir Mohamed Lahouaiej Bouhlel qui s'est fait abattre peu après par les tirs des policiers.

Amine n'est pas le seul à saluer son héroïsme. Après le drame, deux de ses amis ont décidé de lancer une cagnotte sur le site internet Leetchi pour lui racheter un scooter. En deux jours, ils avaient récolté largement de quoi lui offrir un nouveau deux-roues : 13.000 euros alors qu'ils en demandaient 9.000 euros. La cagnotte reste ouverte jusqu'au 31 juillet, et le surplus devrait être reversé aux associations d'aide aux victimes.



• Alexandre

Comme Franck, Alexandre n'a pas hésité à se lancer à la poursuite du tueur lorsqu'il a compris la situation. Ce Niçois a alors jeté son vélo pour se mettre à courir derrière le camion jusqu'à arriver au niveau de la cabine. Il a tenté d'ouvrir la portière à plusieurs reprises mais le conducteur a sorti une arme et l'a braqué. De peur, il se laisse alors tomber.

Une intervention courageuse qui a également permis de ralentir le véhicule.



• Gwenaël

Jeune livreur de 26 ans, Gwenaël était sur la plage le soir du 14 juillet avec ses amis quand il a décidé de courir après le camion pour arrêter ce qu'il a qualifié lui-même dans Nice-Matin de "carnage". Alors qu'il se trouve non loin du véhicule, la police ouvre le feu sur le conducteur. Le jeune homme, couteau à la main, se jette alors sur un passant pour le protéger d'une balle perdue, risquant sa vie au passage.

Dans la confusion, les policiers l'interpellent tout comme ils l'avaient fait avec Franck, craignant un lien avec le terroriste.

NE PAS FAIRE LE JEU DE DAESH

"Ce sont trois héros, à la fois des héros et des victimes. J'ai envie qu'elles sentent notre soutien", assure Amine Elbahi, dont la pétition avait recueilli plus de 2.000 signatures ce samedi 23 juillet. L'étudiant espère en recueillir au moins 10.000.

"Je vis très mal ces situations, ces attentats, car ma sœur est partie rejoindre Daesh en Syrie en août 2014", raconte Amine, en deuxième année de droit à l'université de Lille. "Ce qui m'a touché cette fois-ci, c'est que l'union nationale n'a duré qu'une nuit. La gauche et la droite se renvoient la responsabilité. C'est tout ce que cherche Daesh. Quand j'entends le discours de ma sœur, ils cherchent vraiment à nous diviser et on est tombés dans le piège", soutien-t-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.