La justice ordonne des travaux dans la prison vétuste de Fresnes d'ici à six mois

La justice ordonne des travaux dans la prison vétuste de Fresnes d'ici à six mois
Les parloirs dans la prison de Fresnes, en janvier 2018

AFP, publié le vendredi 20 juillet 2018 à 16h35

Le tribunal administratif de Melun a ordonné vendredi au ministère de la Justice de faire d'importants travaux dans les cours de promenade de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), l'une des prisons les plus surpeuplées et dégradées de France.

Les travaux, dans cette prison déjà épinglée pour ses conditions de détention, devront être mis en oeuvre "dans un délai de six mois", selon cette décision rendue publique vendredi. Le ministère de la Justice a annoncé à l'AFP qu'il allait faire appel de cette décision et demander la suspension de l'exécution du jugement.

Le tribunal a réalisé "une visite" fin mai dans la maison d'arrêt de Fresnes en vue de l'audience. "Ces travaux poursuivront principalement trois objectifs : agrandir les cours de promenade, améliorer leur propreté et leur équipement et, enfin, assurer un haut niveau de sécurité pour les détenus pendant l'utilisation de ces cours", a indiqué le tribunal dans un communiqué.

"Il s'agit d'une très belle victoire du droit des détenus et du respect de leur droit à la dignité", s'est félicité auprès de l'AFP Patrice Spinosi, l'avocat du détenu et de l'Observatoire international des prisons (OIP) à l'origine de ce recours.

"Nous contestons la pertinence et la faisabilité des travaux ordonnés et a fortiori le délai imparti par le tribunal administratif pour les réaliser", a déclaré de son côté le porte-parole de la Chancellerie. Celui-ci met en avant "les impératifs de sécurité de l'établissement" et plus globalement "la cohérence des travaux à mener".

Le ministère de la Justice a annoncé en juin la rénovation de la prison de Fresnes, bâtie à la fin du XIXè siècle. La rénovation "complète" de Fresnes "est estimée à environ 270 millions à ce stade", a alors indiqué la Chancellerie. Selon le conseil départemental du Val-de-Marne, le projet de rénovation pourrait débuter à "l'automne 2018".

En mars, la Contrôleure générale des prisons (CGLPL), Adeline Hazan, a déclaré que cette maison d'arrêt souffrait de conditions "épouvantables" avec un taux d'occupation de "200%" et "des rats à peu près partout". 

C'est cette prison que le président de la République Emmanuel Macron avait choisi de visiter, avec la garde des Sceaux Nicole Belloubet, avant d'annoncer en avril une vaste réforme de la justice, contenant un important volet pénitentiaire.

En novembre 2017, plusieurs avocats de personnes détenues à Fresnes avaient saisi la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), en dénonçant des conditions d'incarcération "inhumaines et dégradantes".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU