La fessée définitivement interdite

La fessée définitivement interdite
La fessée devrait être interdite en France. (Photo d'illustration)
A lire aussi

, publié le mardi 02 juillet 2019 à 20h20

Le Sénat a adopté mardi 2 juillet l'interdiction définitive de la fessée et de toutes les "violences éducatives ordinaires". Une loi principalement symbolique. 

Après l'Assemblée, qui l'avait adoptée le 30 novembre 2018, les sénateurs ont à leur tour adopté la proposition de loi visant à interdire les "violences éducatives ordinaires".

Derrière ce terme, se cache notamment la fessée, qui enflamme le débat public depuis des années. 



La France devient le 55e État à interdire ces violences faites aux enfants qu'elles soient de nature physique ou psychologique. La commission des Lois du Sénat a adopté, sans modifications, comme l'avait relevé la rapporteure Marie-Pierre de la Gontrie (PS).

"Une loi pédagogique"

"L'autorité parentale s'exerce sans violences physiques ou psychologiques", précise l'alinéa ajouté au Code civil, lu lors des mariages en mairie. 

Cette loi relève plutôt du symbole, puisque aucune amende ni sanction ne sont prévues si un parent est surpris en train de molester ou crier sur son enfant.  "C'est une loi pédagogique, pas pénalisante", explique à 20 Minutes Gilles Lazimi, médecin, coordinateur des campagnes contre les violences éducatives ordinaires et membre de l'association StopVEO.


Les responsables associatifs espèrent que le texte mette en lumière les dispositifs d'aide à l'enfance, et lève le flou qui pouvait entourer l'idée de seuil de violence tolérable dans l'éducation. "Tout coup porté est considéré comme une violence, conclut le médecin au quotidien. Mais on sait très bien que ce changement mettra du temps à s'installer."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.