La défense de Tariq Ramadan mise à mal par un document

La défense de Tariq Ramadan mise à mal par un document
Tariq Ramadan le 7 avril 2012 au Bourget.

Orange avec AFP, publié le samedi 24 février 2018 à 19h54

L'heure exacte de l'arrivée de Tariq Ramadan à Lyon le 9 octobre 2009, jour du viol dont le théologien suisse est suspecté d'être l'auteur est au cœur de l'enquête. Selon un document publié vendredi par le "Muslim Post", son alibi est fragilisé.

Selon un dossier de réservation que s'est procuré le Muslim Post et relayé par Libération vendredi 23 février, le théologien serait arrivé en milieu de journée à Lyon (Rhône) le 9 octobre 2009 et non en fin d'après-midi comme l'affirment ses avocats.

Selon ce document, le vol de la compagnie Iberia, en provenance de Madrid, était prévu à 11h15 et non à 18h35, comme l'a pourtant affirmé le théologien suisse poursuivi et incarcéré pour viol depuis le 2 février à la prison de Fleury-Mérogis.

Deux versions, deux timings

Deux femmes ont porté plainte contre lui pour viol à la fin du mois d'octobre. L'une d'elles affirme avoir été violée deux ou trois heures avant une conférence que Tariq Ramadan tenait ce soir-là à Lyon vers 20h30. Tariq Ramadan aurait toutefois débuté son allocution à 21 heures selon l'Union des jeunes musulman, organisateur de l'événement. Le vol d'Air Iberia remet en cause l'emploi du temps de Tariq Ramadan dont les avocats ont fourni un récépissé d'une réservation de billet d'avion indiquant son arrivée à 18h35 en provenance de Londres, un horaire qui, lui, mettait à mal le témoignage de la plaignante.



"Selon des informations concordantes, des militants de l'UJM seraient venus chercher Tariq Ramadan à l'aéroport et l'auraient ensuite déposé à l'hôtel Hilton, là où Christelle (prénom donné à la plaignante), selon son témoignage, l'aurait rejoint", rapporte Libération. L'emploi du temps de Tariq Ramadan pourrait être clarifié très prochainement avec les auditions la semaine prochaine de plusieurs témoins, précise le quotidien national.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU