La Cimade se retire du plus grand centre de rétention administrative

La Cimade se retire du plus grand centre de rétention administrative
Le centre de rétention administrative de Mesnil-Amelot, le 6 mai 2019 en Seine-et-Marne

AFP, publié le vendredi 19 juillet 2019 à 20h14

La Cimade a annoncé vendredi avoir retiré ses équipes du plus grand centre de rétention administrative (CRA) de France, au Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne) après plusieurs jours d'une situation de "violences" pour les personnes retenues au sein du centre, une situation qui "n'est pas avérée" selon les autorités.

Depuis le 11 juillet, l'association n'intervient plus dans ce CRA situé à quelques centaines de mètres des pistes de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.

Selon la Cimade, environ 200 personnes sont actuellement retenues au CRA du Mesnil-Amelot, d'une capacité de 240 places et où sont maintenus les étrangers qui font l'objet d'une décision d'éloignement, dans l'attente de leur renvoi forcé.

Ces derniers jours, "il y a eu trois tentatives de suicide dans le centre sans compter les actes d'automutilations. Pour réprimer les grèves de la faim, les retenus sont envoyés en cellule d'isolement", a affirmé à l'AFP le secrétaire général de la Cimade, Cyrille de Billy.

"Ces violences ne permettent plus aux équipes de la Cimade d'exercer leur mission d'accompagnement juridique dans de bonnes conditions", explique-t-il.

La situation dénoncée par l'association "n'est pas avérée" a réagi auprès l'AFP la Direction centrale de la police aux frontières (DCPAF), qui gère les centres de rétention. Selon elle, il n'y a, par exemple, pas eu trois tentatives de suicides comme le dit la Cimade, mais "trois retenus qui sont montés sur la clôture et sur un bâtiment pour tenter de s'échapper". 

Selon l'association, au CRA du Mesnil-Amelot, "l'accès à l'eau potable n'est plus possible après 19H00. Une femme enceinte soudanaise est retenue actuellement et a des difficultés d'accès aux soins".

Là aussi, la DCPAF s'inscrit en faux. Il y a bien eu problème avec des fontaines à eau qui doivent être remplacées, "après des actes de vandalisme". Mais, "dans l'intervalle des bouteilles d'eau sont distribuées aux retenus".

"Nous travaillons au quotidien avec les intervenants de la Cimade et nous n'avons pas été alertés ces derniers jours" sur des violences telles que présentées par l'association, ajoute la DCPAF, qui rappelle qu'il existe une "transparence" sur les conditions de vie dans les centres de rétention, avec des contrôles, par exemple du Défenseur des droits ou de parlementaires, qui peuvent exercer leur droit de visite.

Le retrait de la Cimade intervient trois semaines après une lettre envoyée au ministre de l'Intérieur par 22 associations lui rappelant "l'urgence de la situation en rétention et la nécessité notamment de prendre en charge les personnes atteintes de troubles psychiques graves".

Dans une réponse consultée par l'AFP, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a assuré que "la prise en charge psychologique des personnes retenues va faire l'objet d'un renforcement".

La Cimade estime que cette réponse est "insuffisante" et "nie les pratiques illégales quotidiennes en centre de rétention comme l'enfermement des enfants ou l'expulsion de demandeurs d'asile avant la réponse de l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides)".

Sur les 2.800 personnes enfermées au CRA Mesnil-Amelot en 2018, 1.000 ont été expulsées, selon le rapport annuel des associations habilitées à intervenir en CRA.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.