La CGT menace de couper le courant aux milliardaires

La CGT menace de couper le courant aux milliardaires©ANDBZ/ABACA - Des manifestants défilent lors d'un rassemblement organisé par les syndicats français à Rodez, dans le centre de la France, le 19 janvier 2023.

publié le lundi 23 janvier 2023 à 10h32

Après avoir créé une première polémique la semaine dernière sur les coupures ciblées de gaz et d’électricité, la fédération CGT des mines et de l’énergie menace de nouveau les défenseurs de la réforme des retraites, selon BFM TV.

“La grève c’est bien mais ça ne suffit plus”. Le secrétaire général de la fédération CGT des mines et de l’énergie Sébastien Menesplier souhaite que les coupures ciblées se développent en France, pour faire pression sur les défenseurs de la réforme des retraites. La question d’éventuelles coupures devrait être débattue en assemblée générale, selon BFM TV.



“Les agents en AG décideront du type d’action qu’ils voudront mener”, a expliqué Sébastien Menesplier  sur BFM TV.

Des coupures pourraient ainsi “être organisées”. D’une heure ou deux, elles devraient concerner les milliardaires et les soutiens fervents du projet de loi sur les retraites. Présenté aujourd’hui en Conseil des ministres, avant le début de la bataille parlementaire le 6 février, le texte prévoit entre autres, la mesure controversée d’un report de l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans. 

La droite et la gauche divisées sur la question

Cette annonce n’est pas la première dans ce sens. Le 13 janvier déjà, la CGT Mines-Energie avait présenté un “plan de bataille” contre le projet gouvernemental, avait relaté Le Monde. Ce plan prévoit une “reprise en main de l’outil de travail sous toutes ses formes” : “Rétablissements électricité et gaz aux plus précaires, énergies gratuites, coupures ciblées, baisses de production”… 

L’annonce d’une telle méthode avait divisé la droite et la gauche. Bruno Retailleau, le patron des sénateurs Les Républicains (LR), s’était emporté sur Europe 1 : “Ce sont des méthodes illégales, des méthodes qui sortent de l’Etat de droit”.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.