La baisse de niveau des CP liée au confinement a été rattrapée

La baisse de niveau des CP liée au confinement a été rattrapée
(Photo d'illustration)

publié le mardi 09 mars 2021 à 13h07

Mettant en avant les résultats des dernières évaluations nationales, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer assure que "les avantages à laisser les écoles ouvertes sont largement supérieurs aux inconvénients", en cette période de crise du Covid-19. 

Ce fut l'une des premières mesures liées à la crise du Covid-19, avant même l'annonce du premier confinement : la fermeture des écoles le 16 mars, obligeant les élèves à faire classe à la maison, avec plus ou moins de suivi en fonction de sa situation. Alors que certains n'ont repris le chemin de l'école qu'en septembre, une certaine baisse de niveau s'était fait ressentir à la rentrée 2020 chez les CP, tant en français qu'en mathématiques révélait les résultats des évaluations nationales.




Des retards qui ont été résorbés dès le mois de janvier 2021, selon les résultats des dernières évaluations nationales dévoilés mardi 9 mars par la Depp, l'agence des statistiques du ministère de l'Education nationale. "Le retour à l'école a, globalement, permis d'effacer le recul lié à la période du confinement", se félicite ainsi dans les colonnes du Monde le ministre Jean-Michel Blanquer. 

Un rattrapage moins important dans les écoles défavorisées

"La baisse a été rattrapée et les difficultés compensées", selon les résultats des évaluations nationales réalisées du 18 au 29 janvier auprès des 800.000 élèves de CP. Les résultats s'améliorent en mathématiques, quel que soit le secteur d'enseignement par rapport à l'évaluation à la même période l'an dernier. En français, une amélioration est constatée dans l'enseignement public hors éducation prioritaire, dans les réseaux d'éducation prioritaire (REP) et dans l'enseignement privé.

Dans les réseaux d'éducation prioritaire renforcés (REP+), "si les résultats sont plus variables, on observe globalement une stabilisation des compétences testées : les élèves ont retrouvé le niveau de compétence de janvier 2020", selon la Depp.

S'il se félicite de résultats "en net progrès", Jean-Michel Blanquer reconnaît que "le rattrapage n'est pas aussi homogène qu'on le voudrait, notamment pour les élèves relevant de l'éducation prioritaire renforcée" (REP+). "Les progrès de ces derniers, en français comme en mathématiques, sont moins importants que ceux de tous les autres élèves. Les écarts de réussite en français ont même pu s'accentuer - ce qui n'est pas le cas en mathématiques", ajoute-t-il. "Cela ne veut pas dire que ces écoliers ont régressé : c'est l'amélioration de la réussite de tous les autres qui a creusé l'écart", poursuit le ministre.

Les écoles ouvertes : plus d'avantages que d'inconvénients

Ces résultats justifient la stratégie du ministre de ne pas vouloir refermer les écoles malgré la recrudescence de l'épidémie. En effet, depuis la rentrée, l'exécutif n'a jamais refermé ses écoles, contrairement au Royaume-Uni ou à l'Allemagne. "Les avantages à laisser les écoles ouvertes sont largement supérieurs aux inconvénients", assure Jean-Michel Blanquer au Monde

"Nous savons cependant qu'un mois de mars difficile nous attend. Depuis lundi, tous les enfants de France sont de nouveau en classe, reconnaît-il néanmoins. Or, la courbe des contaminations a tendance à augmenter dans les jours qui suivent le retour des vacances". "Ces prochaines semaines, davantage de classes risquent de fermer, prévient-t-il, avant de tempérer. Mais ces fermetures ont toujours été et restent encore très minoritaires - de l'ordre de 0,2 %."
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.