L'Île-de-France lance un "revenu jeunes actifs" pour les 18-25 ans sans emploi qui veulent se former

L'Île-de-France lance un "revenu jeunes actifs" pour les 18-25 ans sans emploi qui veulent se former
Deux jeunes en formation métallurgie.

, publié le lundi 01 mars 2021 à 11h25

"En s'inscrivant à l'une des formations gratuites et qualifiantes du catalogue régional", les stagiaires de la formation professionnelle toucheront "un revenu net de 500 à 670 euros par mois, pour toute formation suivie d'une durée au moins égale à quatre mois", explique la région sur son site internet.

Nouvelle possibilité professionnelle pour les jeunes franciliens sans emploi, âgés de 18 à 25 ans. La région Île-de-France met en place, à partir de ce lundi 1er mars, un "revenu jeunes actifs" (RJA) de 500 à 670 euros à destination des jeunes de 18 à 25 sans emploi qui se lancent dans une formation gratuite répertoriée par la région. 



"Le paradoxe de cette crise, c'est qu'il y a à la fois des secteurs économiques qui sont à terre et des secteurs économiques qui recrutent massivement et qui sont en pénurie d'emploi", à savoir "le numérique, la sécurité, l'agroalimentaire, l'industrie, la santé et le social, le bâtiment et la construction", a expliqué dimanche la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, dans l'émission Le Grand Jury sur RTL-Le Figaro-LCI.

Ces derniers secteurs proposent "des dizaines de formations aux centaines de métiers" en tension qui amènent la région à financer "45.000 formations vers ces métiers, avec des embauches directes à la clé", a affirmé Valérie Pécresse. La mesure coûtera 270 millions d'euros à la région, a indiqué son entourage à l'AFP.

"En s'inscrivant à l'une des formations gratuites et qualifiantes du catalogue régional", les stagiaires de la formation professionnelle toucheront "un revenu net de 500 à 670 euros par mois, pour toute formation suivie d'une durée au moins égale à quatre mois", explique la région sur son site internet. La part variable de la rémunération, une prime allant jusqu'à 1.000 euros, sera attribuée si la formation appartient à l'un des secteurs en tension.

"C'est un revenu de 4.000 euros pour six mois de formation dans des métiers qui recrutent : le jeune qui s'engagera dans ces formations non seulement sera rémunéré mais en plus est sûr à la sortie (...) de trouver un emploi", a résumé Valérie Pécresse qui s'oppose ainsi à la mise en place d'un RSA jeunes le temps de la crise, réclamé par plusieurs personnalités de gauche dont la maire PS de Paris Anne Hidalgo. "Je suis totalement contre enfermer des jeunes de 18 à 25 ans dans l'assistanat", a affirmé l'ancienne porte-parole du gouvernement de François Fillon sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Valérie Pécresse a également annoncé la généralisation d'une aide régionale de 1.300 euros pour financer le permis de conduire, frein potentiel à l'embauche, des jeunes Franciliens en insertion professionnelle. Une mesure qui concerne potentiellement 60.000 personnes, a indiqué la présidente de la région.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.