L'homme qui a lancé un œuf sur Emmanuel Macron hospitalisé en psychiatrie

L'homme qui a lancé un œuf sur Emmanuel Macron hospitalisé en psychiatrie
Emmanuel Macron à Lyon, le 27 septembre 2021, un instant avant d'être touché par un œuf.

publié le mardi 28 septembre 2021 à 13h02

Le jeune homme interpellé immédiatement après son geste avait été placé en garde à vue, avant une hospitalisation sous contrainte dans un établissement psychiatrique.

L'examen psychiatrique a conclu à une "abolition du discernement". L'étudiant de 19 ans soupçonné d'avoir lancé un œuf lundi sur le président Emmanuel Macron dans les allées du Salon international de la restauration (Sirha) a été hospitalisé sous contrainte dans un établissement psychiatrique, a annoncé mardi 28 septembre le parquet de Lyon.

Il avait été placé en garde à vue juste après les faits et soumis -à la demande du parquet de Lyon- à un examen psychiatrique qui a conclu à l'abolition de son discernement", précise le parquet dans un communiqué.


Il a été admis au centre hospitalier du Vinatier, un établissement psychiatrique situé à Lyon.

Lundi matin, alors qu'Emmanuel Macron arpentait les allées du Sirha, un œuf avait rebondi sur son épaule sans se casser. L'auteur du jet, qui se trouvait à faible distance, avait été rapidement interpellé et menotté.

"S'il a un truc à me dire, qu'il vienne", avait commenté le président de la République après avoir été touché par l'œuf.

"J'irai le voir après. Allez le chercher", avait-il ajouté.

Le 8 juin, Emmanuel Macron avait été frappé au visage par un homme en marge d'un déplacement à Tain-L'Hermitage (Drôme), provoquant une importante vague de protestations au sein de la classe politique. Jugé en comparution immédiate deux jours après les faits, son agresseur, sans emploi et vivant du RSA, avait été condamné à quatre mois de prison ferme. Il est sorti de prison le 21 septembre.

En mars 2017, alors candidat à l'élection présidentiel, Emmanuel Macron avait reçu un œuf sur la tête lors d'une visite au salon de l'agriculture.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.