L'homéopathie est-elle dangereuse pour la santé ?

L'homéopathie est-elle dangereuse pour la santé ?
(photo d'illustration)

Orange avec AFP, publié le lundi 09 octobre 2017 à 17h00

DOCUMENT. Un récent rapport du Conseil scientifique des académies des sciences européennes (Easac) affirme qu'il n'existe aucune preuve de l'efficacité de l'homéopathie pour aucune maladie.

Pire, elle serait potentiellement dangereuse car elle retarde la prise de "vrais" traitements. Le laboratoire Boiron, leader mondial de l'homéopathie, défend les vertus de ses produits dans une étude de son propre cru.

La question refait surface régulièrement : à quoi servent les traitements homéopathiques ? À rien, selon un rapport de l'Easac - qui dépend de l'Union européenne - publié le 29 septembre dernier. Le groupe de chercheurs européens affirme que l'effet placebo ou une mauvaise interprétation des résultats sont les seuls raisons expliquant la pseudo-efficacité des traitements homéopathiques.



"L'HOMÉOPATHIE PEUT AVOIR UN EFFET NOCIF"

L'Easac déclare qu'il n'existe, pour aucune maladie, aucune preuve, scientifiquement établie et reproductible, de l'efficacité des produits homéopathiques - même s'il y a parfois un effet placebo". Pire, "l'homéopathie peut avoir un effet nocif en retardant la consultation d'un médecin ou dissuadant le patient de rechercher les soins médicaux appropriés, qui seront basés sur des preuves scientifiques, et en fragilisant finalement la confiance des patients et du public envers la démarche scientifique fondée sur les preuves", affirme le document.

"En se fondant sur une analyse approfondie des résultats disponibles, l'étude révèle que chaque cas, pour lequel une efficacité clinique d'un produit homéopathique a été revendiquée, peut s'expliquer par l'effet placebo, une mauvaise conception de l'étude, des variations aléatoires, une régression des résultats vers la moyenne ou un biais de publication. L'effet placebo peut certes être utile pour le patient, mais on ne connaît cependant aucune maladie pour laquelle l'efficacité de l'homéopathie soit établie par des preuves robustes et reproductibles. Les revendications scientifiques de l'homéopathie ne sont pas plausibles et sont incompatibles avec les concepts établis de la chimie et de la physique".

L'étude recommande donc le déremboursement de l'homéopathie dans les pays où son coût est partiellement pris en charge, comme la France (30%).

BOIRON DÉFEND SES TRAITEMENTS

Des accusations contrecarrées par le leader mondial du secteur. Le Français Boiron a présenté, la semaine dernière, sa vaste étude attestant, selon lui, de l'utilité de ses produits. Faute de pouvoir répondre à la question de l'efficacité de l'homéopathie, l'enquête, baptisée EPI 3, tente d'évaluer son intérêt pour les politiques de santé publique. Elle a mobilisé 825 médecins et 8.559 patients, de 2005 à 2012, et portait sur trois indications : les infections des voies aériennes supérieures, les douleurs musculo-squelettiques et les troubles anxio-dépressifs et du sommei. Ces pathologies représentent la moitié des consultations chez les généralistes en France.

Résultat, selon Boiron : les patients soignés par homéopathie présentent la même évolution clinique et le même taux de complications que les patients soignés de manière conventionnelle. Mais ils consomment deux fois moins de médicaments (voire trois pour les psychotropes). L'étude relève également que cette patientèle "présente généralement une meilleure santé physique (...), valorise davantage sa propre participation aux soins et a une approche généralement plus holistique de la santé". L'étude note enfin qu'un patient suivi par un médecin homéopathe coûte 35% de moins à la Sécurité Sociale, en prenant en compte le coût de la consultation et celui de la prescription.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.