L'éthylotest antidémarrage séduit une majorité de Français

L'éthylotest antidémarrage séduit une majorité de Français
L'éthylotest antidémarrage séduit 59% des Français, selon un sondage.

, publié le vendredi 27 décembre 2019 à 12h13

Selon une enquête, 59% des personnes interrogées sont favorables à ce système qui empêche le démarrage du véhicule si le conducteur qui souffle dans l'appareil a trop bu.

A quand la généralisation de l'éthylotest antidémarrage ? Ce système, déjà obligatoire depuis 2015 dans les bus scolaires et les autocars, séduit les Français : 59% d'entre eux se disent favorables à sa généralisation, selon une enquête menée par le comparateur d'assurances Quel-assureur.com et relayée par Le Parisien. 

Concrètement, ce dispositif empêche le démarrage du véhicule si le conducteur qui souffle dans l'appareil est ivre. Théoriquement, l'idée est donc séduisante et l'association Prévention routière milite pour sa généralisation.

Mais son prix pose problème : il faut compter 1000 à 1500 euros pour l'installation d'un éthylotest antidémarrage. "Même si les prix des éthylotests baissent, pourquoi imposer à un conducteur qui ne boit jamais d'en installer un dans sa voiture ?", s'interroge le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe, dans Le Parisien. 


Cet appareil peut toutefois déjà être imposé comme alternative à une suspension de permis, pour éviter une potentielle perte d'emploi. Depuis le début de l'année, plus de 5000 appareils ont été installés sur ordre des préfets, selon Emmanuel Barbe. 

L'obstacle reste donc son prix. "C'est cher, 100 euros par mois, mais c'est une mesure de substitution qui prend en compte la réalité humaine et ne cherche pas à sanctionner bêtement", a dit Christophe Castaner jeudi lors d'un déplacement consacré à la sécurité routière. En France, 30% des accidents mortels sont dus à une consommation excessive d'alcool. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.