L'État va abaisser sa prise en charge du chômage partiel à 85%

L'État va abaisser sa prise en charge du chômage partiel à 85%
La ministre du Travail Muriel Pénicaud.

, publié le lundi 25 mai 2020 à 18h45

Les entreprises devront assumer 15% du coût restant dès le 1er juin.


L'indemnité, elle, ne change pas, a tenu à préciser Muriel Pénicaud, qui garantit que le salarié indemnisé continuerait à percevoir 100% du net au SMIC ou moins, 74% au dessus de ces seuils.


La limite reste fixée à 4,5 SMIC, poursuit la ministre du Travail. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait prévenu plus tôt dans la journée que le dispositif de soutien au chômage partiel évoluerait de façon "raisonnable" le 1er juin.



En revanche, avait-il ajouté, pour les secteurs qui ne reprendront pas leur activité au 1er juin, "l'intégralité du chômage partiel sera maintenu". Le cumul des demandes d'autorisation de chômage partiel depuis le 1er mars a atteint 12,7 millions, tandis que 8,6 millions de salariés auraient effectivement bénéficié en avril du dispositif selon une estimation du ministère du Travail.


Le Medef s'oppose à la décision du gouvernement de réduire progressivement à partir de juin ce dispositif de soutien au chômage partiel qui a permis d'éviter une explosion du chômage en France, dont l'économie a été frappée de plein fouet par le coronavirus. 
De son côté, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) demande d'attendre septembre avant une réduction "sensible" de la prise en charge. Elle s'attend à ce qu'une telle mesure se traduise par des licenciements.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.