L'ENA, n'a, par son statut, pas d'équivalent en Europe et dans le monde: bref tour d'horizon

L'ENA, n'a, par son statut, pas d'équivalent en Europe et dans le monde: bref tour d'horizon
L'ENA forme les élites de la République

, publié le mardi 18 février 2020 à 12h22

L'ENA, qu'Emmanuel Macron veut "réformer", forme les élites de la République et leur fournit un "statut", sans équivalent en Europe et dans le monde, hérité de l'histoire des grands corps de l'État, comme l'ensemble des grandes écoles (ENS, Polytechnique...).

Contrairement aux énarques, la très grande majorité des hauts fonctionnaires européens doivent suivre un long cursus hiérarchique, leur interdisant une rapide carrière au sommet.

"Dans la plupart des pays européens, les fonctionnaires, même +hauts+, sont des cols blancs qui ne jouissent d'aucun prestige social particulier (...). En France être énarque c'est posséder un statut qui garantit dès l'entrée l'appartenance à la haute fonction publique", explique à l'AFP Jean-Michel Eymeri-Douzans, professeur des universités et président du groupe européen de l'administration publique.

Les énarques "ont vocation à des carrières sommitales quasi-immédiates: conseil d'État ou inspection des finances à 28 ou 30 ans, ministre à 35 et... président de la République à 39", ajoute ce spécialiste, auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet.

L'ENA, tout comme ses répliques africaines héritées du passé colonial de la France (Tunisie, Tchad, Sénégal...), dont le concours d'entrée s'est démocratisé et qui compte des élèves boursiers, recrute essentiellement dans les classes sociales privilégiées.

Bref tour d'horizon, s'appuyant sur des données de l'Institut Montaigne, de l'université de Bourgogne, de l'Institut européen d'administration publique de Maastricht (IEAP), des travaux de M. Eymeri-Douzans, ainsi que d'un rapport du Sénat daté de 2001:

- Allemagne:

Dans ce pays fédéral, il n'existe pas de système de classes préparatoires ni de grande école centrale. La haute fonction publique (höherer Dienst) est surtout formée dans les universités: Berlin, Munich, Bonn, Cologne, Freiberg, Göttingen où les étudiants obtiennent un diplôme et, de préférence, un doctorat après avoir réussi un ou deux "Staatsexam" (examen d'État). Chaque ministère organise ses concours d'entrée, très sélectifs.

Les carrières sont lentes: on commence dans un bureau de l'administration d'un Land et on devient chef de bureau dans les très gros ministères après 40 ans. Les directeurs de ministères allemands ont plus de 55 ans. 

Il existe néanmoins une formation parallèle dans des établissements spécialisés: la "Bundesakademie" (ou BAkÖV) à Brühl, qui forme les fonctionnaires fédéraux, la "Führungsakademie" de Stuttgart, pour les Länder et les fonctions de direction, et les hautes écoles spécialisées dans une quinzaine de Länder. Depuis les années 2000, la Hertie School of Governance, inspirée des écoles politiques publiques américaines, sorte de "Sciences Po" allemand, forme de plus en plus de futurs hauts fonctionnaires.

- Royaume Uni:

Les représentants du "Senior Civil Service" sont très majoritairement formés à Oxford et Cambridge, après une éducation déjà très sélective dans des écoles privées de renom, ces universités n'accueillant qu'à peine 7% des étudiants britanniques. Si la diversité sociale des recrutements s'accroît, 65% de tous ceux en poste sont encore diplômés  d'"Oxbridge" et issus de la haute ou très haute bourgeoisie. Certains sont également formés à la London school of economy and political science (LSE) qui est l'équivalent de Sciences Politiques Paris, et a été créée sur son modèle. 

- Espagne:

Il n'existe pas de concours d'entrée à l'Instituo Nacional de Administracion Publica (INAP), situé à Madrid, chargé de la formation initiale et continue des fonctionnaires et qui organise les concours pour intégrer les administrations. Etudiants en droit, en relations internationales, économie ou ingénierie se préparent à ces concours spécialisés très sélectifs, souvent à l'issue d'une formation de plusieurs années.

- L'Italie: 

A l'instar de l'ENA, la Scuola Nazionale dell'Amministrazione - SNA IT, qui a remplacé en 2013 la Scuola Superiore della Pubblica Amministrazione, fondée en 1957 - remplit les fonctions de sélection et de formation des hauts fonctionnaires de l'administration via un concours central. Calquée sur le modèle français, sous l'autorité de la présidence du Conseil des ministres, elle recrute des cadres italiens, européens et étrangers et est partiellement délocalisée, entre Rome, Caserte (Campanie), Bologne et Acireale en Sicile. 

- Suède

Après une formation universitaire, les étudiants effectuent des stages dans les très grosses agences publiques et les tout petits ministères. La formation se fait donc sur le tas et les hauts fonctionnaires travaillent tout de suite au contact des ministres.

- États-Unis:

Il n'existe pas d'école centralisée mais une fabrique à élites administratives, la Kennedy School of Government (HKS), au sein de l'université de Harvard, fondée en 1936 et qui forme surtout les dirigeants étrangers. Même s'il existe de très nombreuses écoles d'administration publique et que les hauts fonctionnaires proviennent d'horizons très variés, la très haute fonction publique ("schools of government", équivalents de Sciences Politiques dans le monde anglophone) reste assez homogène: le passage par des écoles privées puis les grandes universités de l'Ivy League - les huit meilleures universités -  est pratiquement obligé. Harvard et Yale ont notamment formé les quatre derniers présidents: Barack Obama, George Bush père et fils, Bill Clinton.

Les Etats-Unis combinent aussi le spoil system (un nouveau gouvernement substitue les fonctionnaires en place par des fonctionnaires au nombre de ses partisans) pour l'accès aux emplois très supérieurs avec une forme de système de carrière à la française ou à l'allemande pour les emplois de direction intermédiaire. 

- Corée du Sud:

C'est le National Human Resources Development Institute (NHI), basé à Jincheon, au sud de Séoul, qui forme les hauts fonctionnaires. Les plus hautes fonctions s'adressent à une soixantaine de directeurs généraux d'agences gouvernementales centrales et provinciales et aux cadres supérieurs des institutions publiques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.