L'association L214 et les anti-viande défilent à Paris pour réclamer la fermeture des abattoirs

L'association L214 et les anti-viande défilent à Paris pour réclamer la fermeture des abattoirs
Rassemblement à Toulouse le 27 mai 2017 pour réclamer la fin des abattoirs en France (illustration)

Orange avec AFP, publié le samedi 10 juin 2017 à 14h15

La fin de la viande est-elle pour demain ? Une marche de protestation et un village vegan étaient organisés samedi après-midi à Paris, à l'appel de l'association L214. Les manifestants réclament la fermeture de tous les abattoirs du pays.



L214, l'association qui s'est rendue célèbre en publiant plusieurs vidéos très crues de maltraitances animales, remet le couvert. Les militants de la cause animale se réunissaient dans la capitale samedi, dans l'espoir d'éveiller les consciences sur le sort réservé aux animaux destinés à nos assiettes ou aux gamelles de nos chats et chiens. En France, 5.000 animaux d'élevage sont tués toutes les dix secondes pour la consommation alimentaire, selon l'association. L'objectif de la mobilisation de samedi est donc de sensibiliser le grand public comme les autorités. Plus largement, les manifestants militent pour la fin de la souffrance animale, sous toutes ses formes. Le défilé est parti de la place de la République à 14 heures.






- MOINS DE VIANDE ET DE MEILLEURE QUALITÉ -

De manière générale, la tendance est à la baisse. Les Français mangent de moins en moins de viande, a expliqué la présidente de l'Observatoire société et consommation (Obsoco), Nathalie Damery, au micro de France Info. "On voit que de plus en plus de Français se détournent de la viande. Certains de façon assez radicale, c'est ce qu'on appelle les vegans. Mais il y aussi environ 50% des Français qui déclarent avoir réduit de façon drastique leur consommation de viande. C'est énorme", a-t-elle analysé. "Par ailleurs, 40% des Français affirment en manger beaucoup moins, mais de meilleure qualité."

Une quête de qualité qui s'explique notamment par les nombreux scandales sanitaires qui ont éclaté ces dernières années. Certains ont justement été dévoilés par l'association L214. C'est le cas des abattoirs bio du Vigan, dans le Gard, qui sont toujours fermés à l'heure actuelle. Le procès s'est tenu au mois de mars et avril dernier. Pour la première fois, la justice a sanctionné un ouvrier pour actes de cruauté, qui a écopé de huit mois de prison avec sursis.



Lundi, deux militants de L214 comparaîtront à Versailles pour avoir installé des caméras dans un abattoir de la région parisienne. Les deux hommes s'étaient introduits en décembre dernier dans l'établissement situé à Houdan. Les images tournées, montrant une pratique d'étourdissement des porcs avec du CO2, ont été diffusées jeudi 8 juin. Les deux prévenus, dont l'un est le cofondateur de l'association, Sébastien Arsac, seront jugés pour "violation de domicile" et "tentative d'atteinte à la vie privée par fixation, enregistrement ou transmission de l'image".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.