L'appel à l'aide de Jean-Marie Bigard à Brigitte Macron

L'appel à l'aide de Jean-Marie Bigard à Brigitte Macron©Wochit

6Medias, publié le samedi 30 juin 2018 à 11h30

L'humoriste a décidé de solliciter le couple présidentiel pour une bonne cause, la sauvegarde de la maternité de Guingamp qui pourrait fermer prochainement, comme l'explique Ouest-France.

Jean-Marie Bigard a une grande gueule, mais également un grand coeur. Actuellement au Brésil, l'humoriste a posté vendredi 29 juin sur sa page Facebook la vidéo d'un message vibrant appelant à l'aide le couple présidentiel pour revenir sur la fermeture programmée de la maternité de Guingamp (Côtes-d'Armor), comme le raconte Ouest-France. "J'entends la mauvaise nouvelle : on va peut-être fermer la maternité ! C'est pas possible, c'est hors de question : j'en appelle au Président et à Brigitte", lance-t-il en ouverture de son message.



Avant de s'adresser directement à l'épouse du chef de l'Etat. "Brigitte, si vous m'écoutez, j'essaie de toucher votre coeur. Tu sais ce que je fais, moi, avec mon argent de ma poche ? J'ai fabriqué une maternité au Burkina Faso", lance-t-il. Avant d'ajouter : "Et on fermerait dans mon pays, à Guingamp, la maternité faute de moyens ? Je vais vous dire : je vais aller jouer à Guingamp autant de fois qu'il le faudra et je donnerai la recette".



L'Agence régionale de santé (ARS) a prévu la fermeture de cette maternité en février 2019, provoquant un mouvement de contestation dans la région. Face à cette levée de boucliers, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a cependant déclaré cette semaine que le dossier serait réexaminé. Une cause pour laquelle Jean-Marie Bigard a décidé de se mobiliser après que l'un de ses proches lui a parlé de la situation. "Faites quelque chose M. et Mme Macron. Il ne faut pas fermer la maternité. Je m'y oppose formellement et je vous embrasse", conclut l'humoriste. Un message vu jusqu'ici près de 150 000 fois et partagé sur le réseau social par presque 7 000 personnes.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU