L'agresseur du prêtre orthodoxe à Lyon mis en examen et écroué

L'agresseur du prêtre orthodoxe à Lyon mis en examen et écroué
Des policiers devant l'église où un prêtre orthodoxe a été grièvement blessé par balles, le 31 octobre 2020 à Lyon

, publié le dimanche 08 novembre 2020 à 18h42

L'agresseur du prêtre orthodoxe, blessé par balles le 31 octobre à Lyon, a été mis en examen pour tentative d'assassinat et placé en détention provisoire dimanche, conformément aux réquisitions du parquet.

Le suspect, âgé de 40 ans et de nationalité géorgienne, avait été interpellé vendredi en compagnie de son épouse, une Russe trentenaire.

La garde à vue de celle-ci avait été levée samedi soir, "aucun élément relatif à une participation aux faits ne lui étant reproché en l'état de l'enquête", selon le procureur de la République à Lyon, Nicolas Jacquet.

Devant les enquêteurs de la police judiciaire, le mis en cause a reconnu avoir tiré sur la victime, expliquant avoir voulu s'en prendre au prêtre parce qu'il entretenait une relation adultère avec sa conjointe.

Le suspect a affirmé cependant qu'il voulait blesser son rival amoureux et non le tuer, a souligné le procureur.

Le prêtre orthodoxe, âgé de 52 ans, de nationalité grecque et marié, officiait depuis une dizaine d'années au sein de l'église orthodoxe grecque du 7e arrondissement de Lyon.

Le 31 octobre, Nikolaos Kakavelakis avait été pris pour cible par un homme tandis qu'il fermait la porte de l'édifice religieux, deux coups de fusil à canon scié le blessant grièvement à l'abdomen.

Des éléments de cette arme ont été retrouvés dans la Saône sur les indications du suspect, a précisé le parquet.

La police a été mise sur la piste de l'adultère par la victime elle-même, entendue dans la semaine après être sortie du coma.

Son agression, survenue deux jours après l'attentat dans la basilique de Nice, avait immédiatement été perçue et condamnée, en France et à l'étranger, comme une nouvelle attaque terroriste.

Mais les enquêteurs ont rapidement privilégié la piste d'un différend de droit commun, en l'absence de revendication et compte tenu du mode opératoire de l'agresseur, mais aussi de la personnalité controversée de la victime, qui avait des relations conflictuelles au sein de sa communauté religieuse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.