Kendji Girac englué dans une vaste fraude au permis de conduire

Kendji Girac englué dans une vaste fraude au permis de conduire©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le mardi 28 février 2017 à 09h25

La star de "The Voice" a été entendue par le tribunal correctionnel de Créteil lundi 27 février dans le cadre d'une fraude à l'examen du Code de la route dont il aurait bénéficié.

Fort de 51% des voix du public en finale de la saison 3 de "The Voice", Kendji Girac avaient obtenu un score record. Le tribunal correctionnel de Créteil, dans le Val-de-Marne, s'intéresse aujourd'hui à son talent tout aussi bluffant sur les bancs de l'auto-école.

Et pour cause, le jeune artiste a été cité lundi 27 février dans le cadre d'une vaste affaire de fraude électronique au Code de la route, impliquant près de 300 personnes, comme le révèlent Le Parisien.
La star de 20 ans a ainsi bénéficié d'une méthode aussi astucieuse qu'illégale mise en place par une famille, propriétaire de quatre auto-écoles dans le Val-de-Marne et en Seine-Maritime. Les candidats, étudiants étrangers maîtrisant mal la langue de Molière ou gens du voyage pour la plupart, pouvaient en effet compter sur un boîtier perfectionné moyennant une somme de 2.000 à 2.500 euros. Comme par magie, l'appareil se mettait à vibrer pour indiquer la bonne réponse. Un tour de passe-passe rendu possible par un souffleur muni d'un simple téléphone.

"Quand j'ai su ça, ça m'arrangeait"

Devant les juges, le chanteur aux influences latinos invoque un planning bien trop chargé pour lui permettre de se plonger dans les subtilités du Code de la route. "J'étais en pleine tournée. Quand j'ai su ça, ça m'arrangeait. Je suis allé à l'auto-école avec mon chauffeur. J'ai payé 1500 euros. La conduite c'était réglo : je sais conduire depuis longtemps", se défend le jeune homme dans le prétoire, qui juge cette fraude qui aurait rapporté près de 740.000 euros à ses auteurs entre 2013 et 2016.
Il a été requis deux ans de prison à l'encontre d'un ancien instructeur d'auto-école de 75 ans et sa fille de 42 ans, soupçonnés d'avoir chapeauté la tricherie et poursuivis pour "escroquerie en bande organisée" et "abus de biens sociaux". À l'encontre du gendre, inspecteur du permis de conduire, la procureure a réclamé un an de prison. La décision sera rendue le 27 mars dans ce dossier qui n'est pas sans rappeler la fraude au permis de conduire dans laquelle sont empêtrés Amel Bent et son mari. Près de 300 conducteurs s'étaient procurés, moyennant finances, de vrais-faux permis de conduire grâce à la complicité d'agents de la préfecture des Hauts-de-Seine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.