Kaboul : le patron du Raid raconte l'exfiltration des Français et Afghans réfugiés

Kaboul : le patron du Raid raconte l'exfiltration des Français et Afghans réfugiés
Des passagers exfiltrés en provenance de Kaboul, à l'aéroport de Roissy

publié le jeudi 19 août 2021 à 13h06

Une grande partie des personnes qui s'étaient réfugiées à l'ambassade de France à Kaboul sont désormais en lieu sûr.

Le Raid, unité d'intervention d'élite de la police nationale, n'a "pas eu d'autres choix" que de "négocier" avec les talibans pour exfiltrer les Français et les Afghans réfugiés à l'ambassade de France de Kaboul, a expliqué mercredi 18 août son patron Jean-Baptiste Dulion.

Seuls "onze gars" du Raid, appuyés par les forces spéciales de l'armée française, "ont accompagné près de 350 personnes sur cinq kilomètres qui nous ont paru extrêmement longs", a-t-il souligné dans une entretien accordé à RTL, confessant avoir "croisé les doigts" pour que l'opération dans la capitale afghane n'échoue pas.

Auparavant, "il y a eu deux niveaux de négociations. Au plus haut niveau, via l'ambassadeur de France, et nous sur le terrain, en constante recherche d'un responsable qui puisse nous aider et favoriser l'exfiltration, on ne pouvait rien faire sans eux", les talibans, a expliqué le commissaire.



L'itinéraire entre l'ambassade et l'aéroport a été "monté" avec un membre de l'autorité talibane, "quelqu'un avec qui on pouvait discuter et qui avait un vrai pouvoir", a poursuivi Jean-Baptiste Dulion, qui a suivi les opérations depuis Bièvres (Essonne), le siège du Raid. "On a pris toutes les mesures pour sécuriser notre convoi, nos bus, pour avoir le meilleur transport possible vers l'aéroport, avec des véhicules blindés de partout et des bus extérieurs que nous avons sécurisés pour embarquer le maximum de ressortissants afghans", a-t-il ajouté.

Une grande partie des personnes qui s'étaient réfugiées à l'ambassade de France à Kaboul sont désormais en lieu sûr, après l'évacuation dans la nuit de mardi à mercredi de 216 personnes (dont 184 Afghans) attendues à Paris en fin de journée.  Mardi, 41 ressortissants français et étrangers avaient été exfiltrés de la même façon. Un troisième vol a quitté Kaboul mercredi pour Abou Dhabi (Emirats arabes unis) avec 138 personnes à bord, a annoncé la ministre des Armées Florence Parly. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.