Johnson and Johnson : ce qu'il faut savoir sur ce vaccin qui arrive lundi en France

Johnson and Johnson : ce qu'il faut savoir sur ce vaccin qui arrive lundi en France©Panoramic

publié le dimanche 11 avril 2021 à 12h59

Olivier Véran a annoncé l'arrivée du vaccin Johnson and Johnson lundi 12 avril. La vaccination s'ouvrira aux personnes de plus de 55 ans sans conditions. 

Le vaccin Johnson and Johnson arrivera en France lundi 12 avril, avec une semaine d'avance.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran a annoncé dans le Journal du dimanche que "200 000 doses vont intégrer très prochainement le circuit de distribution des pharmacies et des cabinets médicaux et infirmiers". Il s'agit du quatrième vaccin autorisé en France. Développé et fabriqué par la filiale Janssen-Cilag, le vaccin Johnson and Johnson a reçu le feu vert de l'Agence européenne des médicaments (EMA), jeudi 11 mars. 



Dans un premier temps, comme l'a annoncé le ministre de la Santé, 200 000 doses arriveront en France lundi 12 avril. Au total, 600 000 doses sont attendues mi-avril. Le vaccin sera en partie produit en France sur le site de Marcy-l'Étoile, près de Lyon. À partir du troisième trimestre, le laboratoire Sanofi devrait produire le vaccin de Johnson and Johnson en plus de celui de Pfizer/BioNtech. 

Quels sont les avantages du vaccin ? 

Sur le plan logistique, l'arrivée de ce nouveau vaccin pourrait permettre d'accélérer la campagne de vaccination. Le sérum de Johnson and Johnson est le premier à nécessiter une seule injection, contre deux pour les autres vaccins autorisés. Par ailleurs, ses conditions de conservation sont aussi favorables au déploiement de la campagne de vaccination. Le groupe pharmaceutique assure que le sérum Johnson and Johnson "peut rester stable pendant deux ans à -20°C, dont au moins trois mois à des températures comprises entre 2°C et 8°C". Un avantage considérable compte-tenu des problématiques logistiques rencontrées avec la gestion des doses de Pfizer et Moderna. Cette conservation est un avantage pour le déploiement des doses chez les médecins généralistes.  

Un vaccin à "vecteur viral"

Contrairement à ses concurrents Pfizer/BioNtech et Moderna, le vaccin Johnson and Johnson n'est pas à ARN messager. Il s'agit d'un vaccin à "vecteur viral", comme celui d'AstraZeneca. En clair, il utilise comme support un autre virus, peu virulent, qui a été transformé pour ajouter des instructions génétiques d'une partie du virus responsable du Covid-19. Une fois le sérum injecté, une protéine typique du SARS-Cov-2 est produite, permettant au système immunitaire de le reconnaître et d'apporter une protection lors d'une infection au Covid-19.  

Quelle efficacité ? 

Lors des essais cliniques, le vaccin a été testé sur plus de 40 000 personnes âgées de 18 ans ou plus dans plusieurs pays, notamment les États-Unis, le Mexique, le Brésil et l'Afrique du Sud. D'après le laboratoire, le vaccin est efficace à 85% contre les formes graves du Covid-19, évitant les hospitalisations et décès.

Un mois après la vaccination, le laboratoire constate une efficacité de 66% contre les formes sévères et modérés. Ces données varient en fonction des zones géographiques, ainsi après 28 jours de vaccination le laboratoire a constaté une diminution de 70% des infections aux États-Unis, 66% en Amérique latine et 57% en Afrique du Sud. 

Les experts attirent l'attention sur le fait que le résultat de 66% ne peut être comparé avec les 95% d'efficacité affichés par les laboratoires Pfizer et Moderna dans la mesure où les essais cliniques de ces derniers ont été réalisés alors que les variants, notamment sud-africain, n'étaient pas encore répandus sur les territoires.

Par ailleurs, lors des essais cliniques, Johnson and Johnson indique dans un communiqué que "le groupe d'experts indépendants n'a pas signalé de problèmes significatifs de sécurité liés au vaccin". Il n'y aurait donc pas plus d'effets secondaires que pour les autres vaccins.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.