Jihadisme : un interne en médecine de Marseille arrêté en Turquie

Jihadisme : un interne en médecine de Marseille arrêté en Turquie

L'hôpital de La Timone à Marseille. Un interne de l'établissement, suspecté de jihadisme, a été arrêté en Turquie et remis aux autorités françaises, le 25 décembre 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 28 décembre 2016 à 19h33

Un homme de 29 ans, ancien interne à l'hôpital de La Timone à Marseille, a été arrêté en Turquie et remis à la sous-direction antiterroriste (SDAT) le 25 décembre où il a été placé en garde à vue, a révélé ce mercredi 28 décembre le quotidien La Provence. Il avait été signalé à plusieurs reprises en 2015 aux autorités françaises par des internautes et avait été placé sous surveillance.

Amine L.

a été remis à la France par les autorités turques le jour de Noël et se trouvait toujours, mercredi soir, dans les locaux de la SDAT, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). "On ne sait pas encore exactement pourquoi ils l'ont arrêté, mais dans tous les cas, il était sur écoute et on attendait son retour, début janvier, pour le serrer", a confié une source au quotidien régional. Le jeune homme a été interpellé en Turquie quelques jours avant Noël. Les enquêteurs pensent qu'il souhaitait rejoindre la zone de combat irako-syrienne.



Le jeune homme était également soupçonné d'apologie du terrorisme depuis plusieurs mois. Il consultait régulièrement des sites jihadistes et menaçait sur Twitter de commettre des attentats, a expliqué à l'AFP une source proche de l'enquête, précisant qu'il travaillait depuis trois ans dans les services hospitaliers marseillais. De source proche de l'hôpital, on indique qu'il "avait effectué un stage d'internat de 6 mois en orthopédie" à la Timone, qui s'était terminé le 31 octobre et qu'il ne faisait dès lors plus partie du personnel. Pendant sa période de travail à l'hôpital, il n'avait posé "apparemment aucun problème". Sur les réseaux, "il évoquait souvent son désir de partir en Syrie et menaçait de perpétrer des attentats", a révélé une source proche de l'enquête.

PLUS DE SIGNE DE VIE DEPUIS FIN OCTOBRE

Les enquêteurs de la direction du Renseignement de la Préfecture de police de Paris (DRPP) avait rapidement identifié l'individu après son signalement. Une enquête préliminaire avait été ouverte à Marseille, puis le parquet antiterroriste s'était saisi du dossier à la suite de son départ en octobre vers la Turquie.

À Marseille, ses collègues sont sous le choc. "On est tombé des nues", assure un médecin de La Timone, cité par La Provence. "C'est un garçon intelligent, plutôt passionné par son boulot, bon professionnel, qui en plus, lorsqu'on évoquait les attentats dans des discussions, était plutôt dans la condamnation de ces actes". Rien ne laissait donc supposer son attrait pour le jihadisme, si ce n'est qu'"il était quelque peu taciturne, et solitaire. Il n'avait aucune relation à l'extérieur de l'hôpital, avec les autres internes".

Pourtant, Amine L. n'avait plus donné de signe de vie depuis fin octobre, selon La Provence. "Il devait enchaîner sur un nouvel internat, toujours à La Timone, au 1er novembre, mais il ne s'est jamais présenté", explique un cadre de l'AP-HP. Toujours selon La Provence, le suspect avait un contact en Syrie. Cependant, l'enquête n'aurait pas encore permis de confirmer cette information. Sa chambre dans le bâtiment des internes de La Timone a été perquisitionnée, sans résultant probant.
 
143 commentaires - Jihadisme : un interne en médecine de Marseille arrêté en Turquie
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]