Jean-Michel Blanquer réfléchit à réduire la durée des vacances scolaires

Jean-Michel Blanquer réfléchit à réduire la durée des vacances scolaires
"On doit se poser la question de la durée des vacances scolaires", estime le ministre (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le dimanche 23 juillet 2017 à 16h13

Dans un entretien au "JDD", le ministre de l'Education donne des précisions à propos de la rentrée scolaire de septembre.

Interrogé dans le Journal du Dimanche (JDD) à propos de sa vision de l'éducation, Jean-Michel Blanquer revient notamment sur la semaine de quatre jours.



"Un tiers des communes (37 %), en accord avec les conseils d'école, souhaite revenir à quatre jours de classe dès cette rentrée.

(...) Ce mouvement montre que la possibilité que nous avons offerte correspondait bien à un besoin du terrain et que la mise en place de la semaine de quatre jours et demi n'avait pas été bien vécue partout", analyse le ministre.

51 % DES FRANÇAIS FAVORABLES À DES VACANCES PLUS COURTES

Mais selon lui, il existe "un sujet plus important que celui du rythme hebdomadaire" : celui des vacances ! Faut-il réduire les vacances ? "Il n'y a pas d'engagement présidentiel en la matière", répond prudemment Jean-Michel Blanquer. "On doit se poser la question des vacances, qu'il s'agisse de l'été ou des vacances intermédiaires", reconnaît-il toutefois sans donner plus de précision.

À en croire les résultats d'un sondage Ifop pour le JDD, la question de la réduction du nombre de jours de vacances scolaires ne fait pas l'unanimité. 51 % des personnes interrogées y sont favorables, tandis que 49 % d'entre elles souhaitent conserver le rythme actuel. Les élèves français sont ceux de l'Union européenne qui passent le moins de journées en cours, avec 162 jours par an, contre une moyenne européenne de 181 jours.

Jean-Michel Blanquer promet également "des réalisations concrètes" dès septembre. Il annonce notamment pour l'école primaire qu'"en réseau prioritaire renforcé, 2.500 classes vont bénéficier de deux maîtres dès septembre. Dans 70% des cas, les locaux permettent d'avoir deux classes de 12 élèves au lieu d'une de 24. Ailleurs, deux enseignants interviendront ensemble dans la classe".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.