Jean Castex veut combattre le "séparatisme" et "l'islamisme", qui s'en prennent "aux lois de la République"

Jean Castex veut combattre le "séparatisme" et "l'islamisme", qui s'en prennent "aux lois de la République"
Le Premier ministre Jean Castex face à l'Assemblé le 15 juillet 2020.

, publié le mercredi 15 juillet 2020 à 17h25

Le Premier ministre a annoncé la préparation d'un projet de loi contre le séparatisme, visant à lutter contre le communautarisme.


La lutte contre l'islamisme radical est une "préoccupation majeure" de l'exécutif, a rappelé Jean Castex, qui a réaffirmé "la laïcité comme valeur cardinale, comme fer de lance de la cohésion de la société".  Le Premier ministre a tenu à rappeler qu' "aucune religion, aucun courant de pensée, aucun groupe constitué ne peut s'approprier l'espace public et s'en prendre aux lois de la République". 


"Un projet de loi contre les séparatismes" sera présenté en Conseil des ministres à la rentrée.
 
Il s'agira avec ce texte d'"éviter que certains groupes ne se referment autour d'appartenances ethniques ou religieuses", a indiqué le chef du gouvernement, qui entend défendre la laïcité "avec intransigeance". 

Assaut sécuritaire 

Après la succession de retentissants faits divers qui ont émaillé l'actualité récente, Jean Castex a également promis que l'Etat allait apporter une réponse "ferme et sans complaisance" aux "minorités ultra violentes", qui "viennent systématiquement ternir les manifestations", et à "la banalisation de la délinquance du quotidien".


"Les violences commises dans les quartiers des Grésilles et de Chenôve à Dijon, l'attaque ignoble contre un chauffeur de bus à Bayonne, les guet-apens tendus aux représentants des forces de l'ordre et à nos pompiers dans certains quartiers, les trafics en bas des cages d'escaliers, la banalisation de la délinquance du quotidien sont autant de faits inacceptables qui exaspèrent les Français. Ils appellent une réponse de l'État ferme et sans complaisance", a déclaré le Premier ministre devant les députés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.