"Je suis prof" : après l'horreur, une vague d'hommages au professeur assassiné dans les Yvelines

"Je suis prof" : après l'horreur, une vague d'hommages au professeur assassiné dans les Yvelines
Un homme à Rennes, le 17 octobre, au lendemain de la décapitation d'un professeur à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines

, publié le samedi 17 octobre 2020 à 18h00

Après l'horreur, le soutien. Quelques heures après la décapitation d'un enseignant d'un collège dans les Yvelines, les hommages se multiplient pour cette victime d'un "attentat terroriste islamiste caractérisé", comme l'a décrit Emmanuel Macron vendredi 16 octobre.

Comme pour les attentats de Charlie en 2015, un nouvel hashtag circule sur les réseaux sociaux : "#jesuisprof". 

Une levée de boucliers pour la liberté d'expression. Au lendemain de l'assassinat d'une violence inouïe d'un professeur d'histoire à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, les voix s'élèvent et les hommages se multiplient. Sur Twitter depuis ce vendredi, les hashtag #jesuisprof et #SamuelPaty, explosent sur le réseaux social. 

D'après les premiers éléments de l'enquête, confiée au parquet national antiterroriste, l'assaillant abattu par la police à Eragny (Val d'Oise) ce vendredi aurait agit après que la victime ait montré des caricatures de Mahomet, publiées par Charlie Hebdo en classe.

"Assassiné parce qu'il apprenait à nos enfants la liberté d'expression"


Le corps enseignant, terriblement touché par l'évènement, s'est très vite manifesté. "Ce n'était pas juste un prof! Il s'appelait Samuel Paty, il avait 47 ans, assassiné sur le sol français ce 16 octobre 2020, parce qu'il enseignait, parce qu'il apprenait à nos enfants la liberté d'expression, la liberté de croire et de ne pas croire", a rappelé le syndicat d'enseignants FCPE Marne sur Twitter.

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a de son côté publié samedi une vidéo dans laquelle il apporte son soutien aux enseignants et aux personnels de l'éducation.

"Très attristé d'apprendre l'assassinat d'un collègue d'histoire-géographie. Sous le choc aussi en découvrant les dessins de ses élèves réalisés en avril 2019 autour d'une exposition qu'il avait créée sur les valeurs de Liberté, d'Égalité et de Fraternité", a tweeté un enseignant.

Jamy Gourmaud, le célèbre journaliste a lui aussi relayé son soutien, estimant que cette attaque vise "la liberté de penser inscrite au fronton de notre République". 

D'autres internautes appellent au "respect de l'autre, savoirs, partage, laïcité, égalité".

Rassemblement spontané devant le collège 

Samedi, alors que l'Elysée a annoncé qu'un hommage national sera rendu, des dizaines d'élèves du collège où enseignait la victime, Samuel Paty, des parents d'élèves, des professeurs et des habitants de la commune située en région parisienne se sont rassemblés spontanément devant l'établissement scolaire pour apporter leur soutien. 

En file indienne, des dizaines d'élèves et de parents se sont succédés pour déposer une rose blanche au pied des grilles. Pas un mot, pas un bruit, juste quelques affichettes "Je suis enseignant" brandies comme un défi à l'horreur.

Le journal satirique Charlie Hebdo, dont l'attaque meurtrière en 2015 avait fait naître le hashtag "JesuisCharlie", ainsi que des syndicats d'enseignants et SOS Racisme appellent eux à un rassemblement dimanche, place de la République à Paris. 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.