France

Israël-Hamas : vif échange entre Aymeric Caron et le plateau de BFMTV après le visionnage de l’attaque du Hamas

Une projection des images de l’attaque du Hamas en Israël a eu lieu à l’Assemblée nationale ce mardi 14 novembre. Aymeric Caron, député de la Nupes a décrit des images bouleversantes tout en affirmant qu’il espère qu’une projection des images des bombardements à Gaza ait lieu.

"On est bouleversés, écœurés, dégoûtés", "plus de trois quarts d’heure d’images de corps qui tombent, qui sont abattus" : ce sont les mots du député écologiste Aymeric Caron sur BFMTV, mardi 14 novembre, après le visionnage des attaques du Hamas en Israël à l’Assemblée nationale. La projection des images, à l’initiative du député Renaissance et président du groupe d’amitié France-Israël Mathieu Lefèvre, était programmée à 17 h 30 au palais Bourbon.

"Je ne sais même pas si nous aurions dû voir ces images. Je ne sais pas si cela va apporter quelque chose au débat que nous devons avoir à l’Assemblée. Ce sont des horreurs, des actes barbares, des actes terroristes qui sont devant nous. Est-ce que cela va nous aider dans notre réflexion ? Je n’en suis pas sûr." Aymeric Caron a également confié que tout le monde n’était pas "apte" à voir ces images car elles sont "traumatisantes" mais qu’il fallait en donner l’accès à ceux qui le désirent dans une volonté d’informer.

Il veut qu’un visionnage des images de Gaza soit organisé

Il a toutefois regretté un manque de contextualisation dans les images qui ont été montrées et a affirmé qu’il fallait que tout le monde ait accès aux "images de Gaza en ce moment" pour pouvoir "se prononcer sur la politique de la France au Proche-Orient".

Les journalistes présents en plateau lui ont alors demandé s'il fallait mettre sur le même plan l’attaque du Hamas et les bombardements de l’armée israélienne. "Ce sont des actes terroristes qui sont également des crimes de guerre, [ce sont] peut-être même des crimes contre l’humanité qu’a commis le Hamas", a lancé l’ancien journaliste. "C’est la Cour pénale internationale (CPI) qui devra en décider, exactement comme elle devra décider de la manière dont il faut qualifier les crimes de guerre de l’armée israélienne à Gaza."

publié le 14 novembre à 21h00, Lilian Moy, 6Medias

Liens commerciaux