Isère : les conditions pour revenir aux 90 km/h sont "absurdes"

Isère : les conditions pour revenir aux 90 km/h sont "absurdes"
Des panneaux routiers à Wittenheim, le 29 juin 2018.

, publié le lundi 27 janvier 2020 à 22h08

Pourtant, la baisse de la vitesse maximale à 80 km/h "n'a jusqu'ici pas démontré de réelle efficacité", selon le département.

Aucune route de l'Isère ne reviendra aux 90 km/h, a annoncé lundi 27 janvier le président LR du conseil départemental, Jean-Pierre Bardier. l'élu dénonce des conditions "tellement restrictives qu'elles frisent l'absurde", les rendant inapplicables dans son département.

Huit mois après les engagements du Premier ministre Édouard Philippe, "la circulaire du 15 janvier est une vraie douche froide", a estimé M. Barbier dans un communiqué, comparant la liste des critères à "une liste à la Prévert". Ils sont "si restrictifs" qu'"aucun tronçon" de route iséroise ne peut y répondre et donc ne repassera à 90 km/h.


"Si on ne parlait pas d'accidents et de vies humaines, on pourrait comparer la promesse du gouvernement de nous permettre de revenir aux 90 km/h à une farce !", a ajouté l'élu, qui rappelle que le gouvernement avait "lâché du lest" avec cette "promesse" avant les élections européennes et en peine crise des 'gilets jaunes'".

La baisse de la vitesse maximale à 80 km/h "n'a jusqu'ici pas démontré de réelle efficacité pour diminuer les accidents de la route", a aussi fait valoir le département. "Ce sont les comportements dangereux (très grande vitesse, stupéfiants, portables, alcool) qui sont à l'origine de la mortalité sur les routes avec en 2019 le constat d'une augmentation significative du nombre de décès", a-t-il précisé.

Après 56 morts sur les routes en 2018, l'Isère a dénombré l'année dernière 76 décès dans des accidents routiers, soit une hausse de près de 36%, selon un décompte la préfecture de l'Isère, qui le qualifie d'"extrêmement préoccupant" et multiplie les opérations de contrôle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.