Isère : le corps retrouvé près d'un ruisseau est bien celui de Victorine, la jeune fille disparue

Isère : le corps retrouvé près d'un ruisseau est bien celui de Victorine, la jeune fille disparue
Dimanche, une battue avait rassemblé de nombreux volontaires.
A lire aussi

, publié le lundi 28 septembre 2020 à 18h50

Deux jours après la disparition de Victorine samedi soir à Villefontaine (Isère), un corps a été retrouvé ce lundi 28 septembre dans la réserve naturelle de l'étang de Saint-Bonnet. Dans une conférence de presse, la procureure de la République de Vienne, Audrey Quey, a confirmé dans la soirée ce lundi que le corps était bien celui de la jeune fille.

Le corps retrouvé ce lundi 28 septembre près d'un ruisseau en Isère est bien celui de Victorine, la jeune fille de 18 ans, disparue samedi soir à Villefontaine, comme l'a confirmé ce lundi 28 septembre en fin de journée la procureure de la République de Vienne, Audrey Quey.



"Il est trop tôt pour dire à quand remonte la mort", a-t-elle ajouté, précisant qu'un premier examen externe du corps "n'avait pas permis d'identifier les causes" du décès.

Un appel à témoins a été lancé, ainsi qu'un numéro vert : 0800 200 142.

Une enquête a été ouverte sous les chefs d'enlèvement, séquestration et homicide volontaire. Audrey Quey a indiqué qu'elle se dessaisissait "dès ce soir" du dossier au profit du pôle criminel de Grenoble.

"Ca ne ressemble pas à une fugue"

Le corps a été découvert dans la réserve naturelle de l'étang de Saint-Bonnet, à Villefontaine. "Le chien, qui depuis hier tentait de retrouver la piste de Victorine, a marqué au niveau d'une buse dans un petit ruisseau au niveau duquel on a retrouvé des chaussures qui correspondent aux basket portées par Victorine au moment de sa disparition, ainsi qu'un sac à main et un masque chirurgical", déclarait Audrey Quey, un peu plus tôt dans la journée.

Une enquête pour disparition inquiétante avait été ouverte samedi soir par le parquet, après un "signalement des parents aux gendarmes" à 21h30. Bien que Victorine soit majeure, son absence avait immédiatement inquiété car, d'après les dernières conversations avec ses proches, "elle rentrait chez elle, il n'y avait pas de malaise, elle n'avait pas eu de problème dans sa journée. Ça ne ressemble pas à une fugue", avait souligné la procureure de la République de Vienne.

Dimanche, une battue avait rassemblé de nombreux volontaires. De gros moyens avaient été engagés avec hélicoptère, gendarmes au sol et un chien Saint-Hubert, spécialisé dans la recherche de personnes. Les points d'eau (étangs, ruisseaux) sont passés au crible par des plongeurs depuis dimanche.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.