Intrusion au ministère de Griveaux par des "gilets jaunes" : un militant CGT parmi les suspects

Intrusion au ministère de Griveaux par des "gilets jaunes" : un militant CGT parmi les suspects
Des voitures de police devant le ministère de Benjamin Griveaux, le 5 janvier 2019.
A lire aussi

, publié le mercredi 13 février 2019 à 09h25

Cette violente intrusion avait contraint le secrétaire d'État auprès du Premier ministre à être évacué de ses bureaux.

Six personnes soupçonnées d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, le 5 janvier, lors de l'acte 8 des "gilets jaunes", ont été placées en garde mardi 12 février, selon le parquet.



Les personnes interpellées sont âgées de 21, 23, 26, 35, 46 et 54 ans, et sont originaires de région parisienne et du département du Nord, a précisé une source proche de l'enquête. Les suspects ont été retrouvés grâce à leur ADN et à un travail de géolocalisation avec la téléphonie, a indiqué une source proche de l'enquête. 

"Il ne fait pas partie des plus excités"

Selon les informations de RTL, le conducteur du transpalette est l'homme de 54 ans.

C'est un militant de longue date de la CGT du Nord, employé d'une société de logistique près de Valenciennes. Une source policière citée par la radio affirme que c'est lui qui aurait jeté le véhicule contre la porte du bâtiment. Pourtant, selon l'un des secrétaires départementaux du syndicat, qui connait bien ce militant de base, "il ne fait pas partie des plus excités".




Cette violente intrusion avait contraint le secrétaire d'État auprès du Premier ministre à être évacué de ses bureaux, situés rue de Grenelle à Paris. Celui-ci avait dénoncé une "attaque inadmissible contre la République". De telles intrusions dans un ministère sont très rares. En 1999, des agriculteurs avaient saccagé le bureau de Dominique Voynet au ministère de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.