Intrusion à la Pitié-Salpêtrière : toutes les gardes à vue ont été levées

Intrusion à la Pitié-Salpêtrière : toutes les gardes à vue ont été levées
L'entrée de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris le 2 mai 2019.
A lire aussi

, publié le jeudi 02 mai 2019 à 21h51

L'enquête se poursuit afin de faire la lumière sur les circonstances de l'entrée dans l'enceinte de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris de dizaines de manifestants mercredi, en marge du défilé du 1er-Mai. 

Des dizaines de manifestants ont fait irruption dans l'enceinte de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, mercredi 1er mai en fin d'après-midi, en marge du traditionnel défilé. Ils ont tenté de s'introduire dans le service de réanimation de l'établissement, les policiers sont rapidement intervenus et les ont délogés. Peu de temps plus tard, le ministère de l'Intérieur Christophe Castaner dénonçait une "attaque" contre l'établissement parisien. 



Au lendemain de cet événement, le parquet précisait que plus de 30 individus avaient été placés en garde à vue pour attroupement en vue de commettre des dégradations ou des violences dans le cadre de l'enquête. Jeudi soir, le parquet de Paris indiquait que les 32 gardes à vue ordonnées dans le cadre de l'enquête lors du défilé du 1er mai avaient été levées. 

Les investigations se poursuivent "afin de faire la lumière sur toutes les circonstances de l'intrusion au sein de l'établissement", a ajouté le parquet. Volonté de dégrader, de commettre des violences ou repli des manifestants acculés par les forces de l'ordre ; mercredi la version de "l'attaque" contre l'hôpital, défendue par Christophe Castaner, a été battue en brèche par des témoignages et des vidéos sur les réseaux sociaux. Dans l'opposition, on somme le ministre de s'expliquer. 


 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.